16e assemblée plénière du CNE : Les conseillers font le bilan de leur mandature

  • 0
  • 48 views

La salle fleuve jaune du Ministère des Affaires Etrangères a abrité la 16e session de l’Assemblée plénière du Conseil National de l’Education (CNE). Venus des quatre coins du Bénin, les conseillers ont répondu à l’appel du président de l’institution, le professeur Noël Gbaguidi, le mercredi 20 décembre 2023.

Adoption de l’avant-projet du Plan de Travail Annuel (PTA) 2024 du CNE, compte-rendu de la relecture de la loi portant orientation de l’éducation nationale révisée, compte-rendu de l’atelier sur le temps scolaire, stratégie interne de communication : adoption du rapport d’analyse et des propositions du consultant, bilan du mandat du CNE rénové, divers. Ce sont les points inscrits à l’ordre du jour de la récente session extraordinaire de l’Assemblée plénière du Conseil National de l’Education (CNE).
En procédant à l’ouverture de cette 16e Assemblée plénière, le professeur Noël Gbaguidi, président du Conseil, a salué les efforts des uns et des autres depuis l’installation du conseil le 20 janvier 2020. « En tant que pionniers, nous avons posé les jalons et les linéaments d’un profil prometteur pour le système éducatif de notre pays », a affirmé le président face aux conseillers. A quelques jours de l’installation de la prochaine mandature, il a révélé quelques actions menées par la mandature qu’il dirige dans un discours bilan axé sur les quatre grandes fonctions du CNE rénové : orientation, coordination, suivi-évaluation, décision.

Un bilan riche en résultats

« Dans sa fonction d’orientation, le CNE a encadré l’élaboration de plusieurs documents de politiques et de stratégies engageant l’avenir de tous les ordres d’enseignement, de l’éducation alternative et de la recherche scientifique et de l’innovation », a informé d’entrée le professeur Noël Gbaguidi. Sur ce plan, 939 avis ont été émis, deux grandes notes d’orientation comportant plusieurs directives adressées aux ministres chargés du secteur de l’éducation ont été adoptées, de nombreuses missions d’observation assorties de recommandations et de directives ont été effectuées. Pour assumer davantage son rôle de régulateur du système éducatif national, le CNE a élaboré son plan stratégique assorti de plan d’action 2023-2027. Ce document stratégique a été adopté en conseil des ministres le 18 janvier 2023. Par ailleurs, le conseil a aussi réalisé de nombreuses études et des réflexions prospectives.

…ont pris une part active aux travaux

En tant qu’organe supérieur du système éducatif national, le CNE a une fonction de coordination. Cette fonction s’exerce à travers un dispositif de dialogue soutenu. Ce dispositif, selon le président du CNE, est composé des sessions de revues quadrimestrielles avec les ministres en charge du secteur de l’éducation et l’organisation d’un séminaire de préparation de la rentrée scolaire et universitaire chaque année. En termes de statistiques, huit revues ont été organisées et trois séminaires de préparation ont été tenus. A cela s’ajoutent les règlements de différends entre diverses catégories d’acteurs du Système Educatif National (SEN) sur la base des plaintes reçues.
« La fonction de suivi et d’évaluation a permis au CNE, de rendre disponible chaque année et à bonne date, un rapport sur l’état du SEN (c’est le cas des éditions 2020, 2021 et 2022) ainsi que les comptes-rendus semestriels sur la situation nationale du secteur de l’éducation », fait savoir le professeur Noël Gbaguidi. Dans cette rubrique, l’institution a effectué onze missions d’observations qui ont contribué significativement à améliorer la connaissance du secteur de l’éducation par la découverte de la nature, de l’ampleur et de la forme de certaines préoccupations cruciales des acteurs afin de formuler des recommandations, de faire plusieurs rappels à l’ordre ou de prendre des décisions. Les actions du CNE ont aussi contribué à la correction des irrégularités, soit pour améliorer l’efficacité de certaines actions ou pour impulser le processus des décisions de bonne gouvernance pédagogique dans le secteur de l’éducation. Sur ce plan, le président a notamment cité i) la suspension en 2020 du déroulement des examens pratiques organisés par les Ecoles Normales Supérieures (ENS) publiques au mépris des principes de base de la formation et de la certification, ii) l’amélioration de l’organisation du concours du Certificat d’Aptitude à la Fonction de Conseiller Pédagogique (CAFCP) suite à l’évaluation effectuée par le CNE, iii) l’amélioration du processus de délivrance des attestations de diplômes dans les facultés de l’UAC suite à la gestion des plaintes reçues sur la Faculté des Sciences Humaines et Sociales (FASHS), iv) la contribution en 2022, à la correction d’irrégularités pour des examens nationaux du BAPES et du CAPES plus propres et, v) la contribution à l’amélioration du recrutement et la gestion des Aspirants au Métier d’Enseignant (AME). De janvier 2020 à décembre 2023, le Conseil s’est aussi investi dans l’évaluation des textes normatifs afin de recommander des amendements. C’est le cas de la loi portant orientation de l’éducation nationale et du décret relatif au régime juridique des établissements privés d’enseignement.
Quant à la fonction de prise de décision, elle s’est exercée à plusieurs niveaux à travers les choix fondamentaux, dont la majorité à travers les avis émis. Cependant, la question de la durabilité des actions et acquis reste préoccupante.

Pérenniser les acquis afin de relever d’autres défis

La question de la capitalisation et de la durabilité des acquis de la mandature, dans une logique de continuité administrative, préoccupe les conseillers. A cet effet, ils ont mis la main à la pâte pour la rédaction d’un manuel de procédures techniques, administratives, financières et comptables. A en croire le premier responsable du CNE, le document « est actuellement en révision à la Présidence de la République. Dès réception de l’avis de la Présidence de la République, les diligences nécessaires seront faites pour sa mise aux normes et son exploitation ».
Cela dit, le professeur Noël Gbaguidi n’a pas manqué de lever le voile sur certains défis de l’institution qu’il dirige. « Il s’agit notamment de la question de la stratégie de communication qui n’est pas de réalisation aussi simple que je croyais », reconnait le président, avant de citer d’autres défis de l’institution : asseoir un système d’information fiable capable d’éclairer la prise de décisions, renforcer les capacités techniques des cadres du CNE et des ministères, renforcer la communication avec les principaux acteurs du secteur.
Installé le 20 janvier 2020 pour un mandat de 4 ans, le CNE rénové est le fruit d’une réforme qui lui a donné des pouvoirs étendus sur la gouvernance du système éducatif national. Les membres sont désormais désignés à travers un processus de sélection impliquant tous les pans et acteurs du système éducatif du Bénin.

Adjéi KPONON

Communiqué de Presse Média B : La coopération interreligieuse, gage de paix durable
Prev Post Communiqué de Presse Média B : La coopération interreligieuse, gage de paix durable
Foire du Livre d’Histoire et des patrimoines d’Afrique : Des innovations pour mieux valoriser les œuvres d’histoire
Next Post Foire du Livre d’Histoire et des patrimoines d’Afrique : Des innovations pour mieux valoriser les œuvres d’histoire

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *