5e programme d’appui institutionnel Belge à l’UAC : Vers la création des réseaux pour porter des PRD

  • 0
  • 56 views

«Le programme se décline à travers trois axes que sont : l’appui à la recherche scientifique et innovation du Bénin, le développement de l’enseignement supérieur et un bon état nutritionnel des populations par l’amélioration de la nutrition et la consommation d’aliments sains, équilibrés par les populations locales en particulier au profit des femmes en âge de procréer et des enfants ». C’est par ces mots que le professeur Eléonore Yayi Ladékan, ministre de l’Enseignement supérieur a indiqué le caractère opportun et important du 5e programme d’appui institutionnel Belge à l’Université d’Abomey-Calavi (UAC). Tenue le jeudi 26 octobre à l’amphi Idriss Déby Itno, la cérémonie de lancement de ce 5e programme d’appui institutionnel Belge à l’UAC, fruit du partenariat entre ce haut lieu du savoir et l’Agence de Recherche de l’Enseignement Supérieur (ARES), a connu la présence des enseignants-chercheurs des différentes entités de l’UAC et des autres universités publiques du Bénin, des étudiants et d’une délégation belge. L’objectif de ce programme est d’essayer l’émergence de nouveaux porteurs de projets pour pouvoir déposer les Projets de Recherche pour le Développement (PRD).
À travers ce nouveau programme d’appui institutionnel, affirme le professeur Félicien Avléssi, recteur de l’Université d’Abomey-Calavi, l’UAC ambitionne de développer et de renforcer ses partenariats afin qu’à l’horizon 2027, la qualité de la recherche et de l’innovation soit améliorée. Il souligne par ailleurs que « les résultats soient mieux valorisés autour et surtout dans les domaines de l’alimentation, de la nutrition, de la santé des enfants en tenant compte des facteurs socioéconomiques et d’inclusion. » Pour Clémence Dejonckeere, première secrétaire et chargée des affaires à l’Ambassade de Belgique, « Le partenariat entre l’UAC et l’ARES remonte déjà à 26 ans d’existence. Il a déjà permis de mettre en place des soutiens pour plusieurs programmes d’appui institutionnel et de recherche qui ont facilité la mise en place de nombreuses filières de pointes au Bénin ainsi que le renforcement des structures internes de l’université ».
La Coopération Belge a financé le programme P5 au travers de l’ARES.

Lire aussi  Le Journal Parlé du 22/09/2023

Enock GUIDJIME

Adaptation et résilience des zones agricoles à la sécheresse : Les Alumni de la DAAD épluchent la question
Prev Post Adaptation et résilience des zones agricoles à la sécheresse : Les Alumni de la DAAD épluchent la question
Le mécanisme !
Next Post Le mécanisme !

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *