6ème édition du Tournoi de l’Uemoa : Que peuvent Latoundji et d’Almeida ?

  • 0
  • 40 views

La 6ème édition du tournoi de l’Uemoa démarre le 26 octobre prochain à Abidjan en Côte d’Ivoire. Les Ecureuils locaux ont été mis au travail depuis quelques jours sous les ordres du duo Moussa Latoundji -Eustache d’Almeida. Mais que peut-on attendre d’une sélection mise sur pieds de toutes pièces pour honorer un engagement républicain?

Comme Edmé Codjo l’a expérimenté avec des fortunes diverses, il y a quelques années, Moussa Latoundji et Eustache d’Almeida s’essayent actuellement à la mise en pratique de l’assertion qui veut qu’ « à cœur vaillant, rien d’impossible ». Ils sont les « sapeurs pompiers » de l’heure, choisis pour éviter au Bénin le ridicule à Abidjan. Quand le Ministère des sports et la Fédération béninoise de football avaient le dos au mur, ils sollicitaient les services du fameux Edmé Codjo qui, de par sa science, arrivait à mettre en place, en une semaine, une sélection nationale compétitive. C’est d’ailleurs grâce à lui que le Bénin a atteint la finale de la compétition, à Niamey au Niger. Le tournoi de l’Uemoa a la spécificité d’être toujours abordé dans la précipitation. La compétition étant entièrement prise en charge par l’Institution qui l’organise, il a toujours manqué une ligne budgétaire au Ministère des sports pour financer la préparation des Ecureuils locaux. Le regroupement de l’équipe se fait toujours dans des conditions peu orthodoxes et les traitements faits aux joueurs ne sont pas des meilleurs car, les Ecureuils locaux n’ont pas les capacités d’être aussi exigeants que leurs aînés évoluant à l’étranger qui font transpirer le ministre des sports et les responsables fédéraux par leurs revendications qui frisent parfois même, le caprice. Pire encore, cette fois-ci, le choix des joueurs devant participer à l’aventure abidjanaise s’est fait suivant des critères bien exclusifs. Le championnat national s’est arrêté depuis plusieurs mois et la plupart des clubs n’ont pas repris les séances d’entraînement. Seuls Moussa Latoundji et Edmé Codjo savent donc où ils ont pu voir et sélectionner les joueurs retenus. Si ce n’est pas de la magie, ça en a tout l’air. Une sélection nationale n’est juste que la photographie des joueurs en forme du moment et n’ont des joueurs qui ont été vus en forme il y a 3 mois. Les Ecureuils locaux et leurs sélectionneurs s’activent à un simulacre de préparation. Le tournoi de l’Uemoa ne fait pas partie des compétitions statutaires de la Caf ou de la Fifa. Le Bénin ne risque aucune sanction s’il se déclarait forfait. Moussa Latoundji et Eustache d’Almeida sont certes sans club actuellement. Mais, Il y a des engagements qu’on ne prend pas quand on est un technicien. Peut-être espèrent-ils être promus à la tête de la sélection nationale A, s’ils accrochaient de bons résultats à Abidjan…

Sosthène SEFLIMI

Fais le geste utile pour l’UAC !
Prev Post Fais le geste utile pour l’UAC !
Aziz Koto Chabi, promoteur des « Soirées Kokoman » : « L’orchestre de Bérini Maro attendu à Cotonou pour célébrer la 3ème édition … »
Next Post Aziz Koto Chabi, promoteur des « Soirées Kokoman » : « L’orchestre de Bérini Maro attendu à Cotonou pour célébrer la 3ème édition … »

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *