Après la phase écrite du BEPC 2021 : Des candidats implorent l’indulgence des correcteurs

  • 0
  • 76 views

La phase écrite de l’examen du Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC), session de juin 2021, démarrée le lundi 14 a pris fin le mercredi 16 juin 2021, sur toute l’étendue du territoire national. Des avis de plusieurs candidats, les épreuves sont abordables. Ils implorent, cependant, la clémence des correcteurs. Les descentes de Educ’Action dans les Collèges d’Enseignement Général d’Akassato et de Sègbèya en disent long. Reportage !

Mercredi 16 juin 2021. Il est 9 heures 50 minutes. Sous un ciel légèrement nuageux, parents et amis des candidats affluent vers le CEG d’Akassato, centre de composition de l’examen du BEPC, session de juin 2021. Positionnés le long de la clôture et sur le terre-plein central de la chaussée, ils sont assis sur leurs motos ou dans leurs véhicules, attendant la sortie de leurs enfants. Une partie de la voie, à la hauteur de la clôture du centre, est barricadée pour la circonstance. Les uns manipulent leurs téléphones pendant que d’autres discutent entre eux.
10 heures 15 minutes. La sirène retentit comme pour sonner l’heure de la délivrance. « Enfin ! », lance un parent. Des voix se font entendre dans l’enceinte du CEG. Un homme âgé de la soixantaine ouvre le portail de l’entrée principale du centre. C’est la ruée vers l’extérieur pour les candidats dont les visages laissent transparaître des brins de sourire et de joie. Ils se pressent pour rejoindre leurs amis ou leurs parents. S’en suivent des discussions au cours desquelles, ils relatent le déroulement de la composition et leurs réactions face à l’épreuve de mathématiques.
Une fois au-dehors, certains mettent leurs masques de protection en poche ou dans le sac. Pour d’autres, le masque est ramené au menton. Face à l’affluence, véhicules et motos sont obligés de klaxonner pour réclamer le passage. Interrogés sur la nature des épreuves des trois (03) jours de compositions, les candidats, souriants, ne cachent pas leur satisfaction. Divin Agbossou, jeune garçon de 14 ans, d’un teint noir, vêtu d’un tee-shirt et d’une culotte en Jeans de couleur bleue affirme : « Dans l’ensemble, pour les épreuves, je rends grâce. Cela s’est bien passé. Pour moi, l’épreuve de mathématiques est abordable. J’espère le meilleur pour les résultats ».
Confiante après l’épreuve de mathématiques qui met un terme aux compositions du BEPC 2021, Ariane Togban, vêtue d’une robe de couleur verte avec des cheveux coupés, confie : « L’épreuve de mathématiques m’a un peu secouée. Personnellement, depuis le premier jour, c’est seulement en mathématiques que j’ai eu des difficultés. Mais globalement, j’ai espoir d’obtenir mon BEPC et j’espère que la correction ne sera pas trop serrée ». Un peu plus loin, Emmanuel Goundété, candidat habillé en tenue locale et d’un masque ramené au menton, déclare : « Pour toutes les épreuves, ce n’était pas mal, j’ai bien composé. Les épreuves étaient accessibles pour un élève moyen. Je confie le reste à Dieu tout en espérant un bon résultat ». Après le centre du CEG d’Akassato, cap est mis sur celui de Sègbèya.

Des candidats partagés entre joie et tristesse…

Nous sommes dans le département du Littoral, notamment dans le centre d’examen du CEG Sègbèya, le mercredi 16 juin 2021. Il est 10 heures, la sirène retentit annonçant ainsi la fin de la composition de l’épreuve de mathématiques comptant pour l’examen du BEPC, session de juin 2021. A la sortie des candidats, on observe de part et d’autre des échanges sur l’épreuve de mathématiques qui a duré deux heures. Sur le visage de certains candidats, se lit la joie d’avoir composé cette épreuve dans les meilleures conditions. « Aujourd’hui, je suis très content parce que j’ai fait l’essentiel, j’adore les mathématiques. L’épreuve est abordable », lâche de façon laconique Mohammed Moussala, candidat au BEPC.
Revenant sur les épreuves des trois (3) jours de compositions de l’examen du BEPC, Adelf Djekinnou, candidat, déclare que : « Les épreuves du lundi au mardi sont faciles mais celle de cette journée (mercredi Ndlr), c’est-à-dire les mathématiques ne me donne pas tellement d’assurance. J’ai pris du temps avant de commencer à traiter cette épreuve ».
Après la phase écrite, tous les regards sont désormais tournés vers la correction des copies. A ce propos, les candidats se préoccupent de l’attitude des correcteurs.

Les candidats demandent l’indulgence des correcteurs

« Je prie les correcteurs de bien corriger nos copies. C’est vrai que nous avons eu des comportements déplacés au cours de l’année scolaire, mais qu’ils ne tiennent pas compte de ça ». Ces propos de Esperance Lakoussan, candidate au BEPC, lève le voile sur la nature des comportements des apprenants au cours de l’année scolaire et leur inquiétude liée à la correction des copies. C’est une réalité que confirme Mohammed Moussala. « C’est vrai que nous sommes un peu têtus et durs avec nos professeurs en classe, mais ils ne doivent pas tenir compte de cela pour corriger nos copies », argue-t-il avant d’implorer, comme ses pairs, l’indulgence des enseignants qui auront la responsabilité de passer le stylo rouge sur leurs copies lors des corrections.

Alvine GOUNDETE & Cédric SOSSOU-AGBO (Stags)

Piercings en milieu scolaire : Quand les élèves filles s’exposent
Prev Post Piercings en milieu scolaire : Quand les élèves filles s’exposent
Démarrage, hier, du Baccalauréat, session de juin 2021 : Les candidats motivés bravent la grosse pluie
Next Post Démarrage, hier, du Baccalauréat, session de juin 2021 : Les candidats motivés bravent la grosse pluie

Laissez un commenntaire :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Vous n'avez pas le droit de copier ce contenu !