Cinquantenaire de l’Institut Français de Cotonou : Des sommités de la musique africaine et internationale attendues au Bénin

  • 0
  • 40 views

L’Institut Français de Cotonou (IFC) boucle cette année ses cinquante (50) ans d’existence au Bénin. Ne pouvant passer sous silence cet anniversaire, le Directeur du centre Sylvain Treuil et ses collaborateurs ont décidé de consacrer tout le dernier trimestre de l’année 2013 à la célébration de cet événement. Une programmation spéciale a été concoctée dans le cadre des manifestations de cette fête. Une exposition collective d’artistes de renoms et des Concerts de musique inédits et époustouflants constituent l’ossature du cinquantenaire auquel le public est massivement convié.

Créé en 1907 à Florence par Julian Luchaire, grâce à l’aide de la Faculté des Lettres de Grenoble, L’Institut Français joue un important rôle dans la construction de liens culturels profonds entre la France et les pays dans lesquels il est représenté. Présent dans 150 pays du monde, cet établissement public à caractère industriel constitue un levier indispensable pour le développement de la coopération en réseau entre professionnel de la culture et de l’enseignement ainsi que pour la promotion de la diversité culturelle et linguistique. Installé au Bénin depuis 50 ans, l’Institut Français à apporté une grande contribution à la promotion de la culture et la carrière de plusieurs artistes du pays dont les plus en vue sont entres autres Romuald Hazoumé, Angélique Kidjo Ou feu G.G. Vikey. Lieu d’échanges, carrefour de rencontres et de destinées artistiques, il a atteint aujourd’hui l’âge de la maturité. Cinquante années de l’Institut Français de Cotonou, c’est un événement et cela mérite donc une célébration. C’est dans cette optique que Sylvain Treuil, le Directeur du centre avec la détermination de ses collaborateurs et de l’appui de certains partenaires a décidé de faire de cet anniversaire, un événement de taille en consacrant les trois prochains mois à sa célébration. A l’occasion d’une conférence de presse qui s’est tenue le vendredi dernier à l’auditorium de l’Institut, le Directeur Sylvain Treuil a dévoilé aux hommes de la presse culturelle, le programme des manifestations et activités inscrites dans le cadre de cette fête du cinquantenaire qui s’ étend sur tout le dernier trimestre de cette année. Ainsi, d’octobre à Décembre, une série de concerts, de spectacles et d’exposition seront organisés dans les locaux de l’Institut.
L’exposition hommage et Nuit Blanche lancent les festivités du cinquantenaire

Pour témoigner leur attachement et apporter une touche particulière à cette fête, plusieurs artistes plasticiens dont les œuvres ont été exposées au moins une fois dans les locaux de l’Institut au cours de leur carrière, ont lancé le top des festivités le samedi par une exposition collective baptisée « Exposition Hommage et Nuit Blanche». Comme son nom l’indique, cette exposition est un hommage des artistes confirmés Romuald Hazoumé, Dominique Zinkpè, Aston, Gérard Quenum, Simonet, Tchif, Charly D’Almeida et de certains de leurs jeunes frères dont Marius Dansou, Prince Toffa, Bimo, Sébastien Boko, Dina, Doudou et bien d’autres qui ont jugé utile d’offrir ce cadeau à l’Institut Français. Démarré le samedi dernier, l’exposition prendra fin en décembre prochain. Tout au long du trimestre, ses artistes présentent au public et amoureux des arts visuels des sculptures, des installations, des projections vidéos et sonores, de la photographie et des performances déambulatoires dans plusieurs variétés à savoir performance murale, textuelle, de dessin, de danse, gastrique, visuelle et sonore dans tous les lieux de l’Institut. Des différents jardins jusqu’au théâtre de verdure en passant par la Paillote et la salle Joseph Kpobly , aucun espace n’a été occulté dans le cadre de cette exposition.

Une série de concerts d’enfer

L’agenda culturel de ce trimestre est sans doute le plus riche et consistant depuis la création de l’institut Français au Bénin si on tient compte des artistes de renoms qui sont programmés pour les concerts et spectacles de ses trois derniers mois de l’année. Pour cette célébration du cinquantenaire, nous pouvons oser dire que l’Institut n’a pas lésiné sur les moyens car les stars de la musique béninoise, africaine et internationale seront présents à Cotonou. Pour le compte des artistes nationaux qui seront en prestation, nous avons le tout puissant Orchestre Poly-Rythmo qui sera sur scène le 26 Octobre au Théâtre de verdure pour lancer cette série de concerts. Il sera suivi de l’orchestre Black Santiago qui honore la mémoire de deux icônes de la musique béninoise G.G. Vikey et Gnonnas Pédro le 23 Novembre. Raïssa Gbédji, la multi talentueuse et chanteuse de jazz sera sur scène pour le plaisir du public de Cotonou en compagnie de sa sœur cadette Pépé Oléka, une voix mélodieuse de la musique traditionnelle et Blue Moon, un phénomène de la musique en Europe le 30 Novembre. Deux jours après ce concert du trio, le 2 Décembre plus précisément, l’artiste planétaire du 21ème siècle, couronnée d’un Grammy Awards, auteure-compositrice, interprète et danseuse Angélique Kidjo donne rendez-vous à ses fans qui ont longtemps attendu sa prestation au pays, un concert exceptionnel au Théâtre de verdure. Pour clore en beauté les festivités du cinquantenaire, des stars de la musique béninoise Jolidon Lafia, Jean Adagbénon, Zeynab, et le trio Tèriba se réunissent sur scène pour un concert inédit et magique. Du Zouk, des rythmes traditionnels béninois, du rythm’n Blues et de la pop sont au programme de cette soirée qui s’annonce riche en couleur. Venant de l’extérieur pour cet anniversaire, nous avons comme artistes Didier Awadi, la figure la plus visible du rap africain francophone et lauréat du prix Découverte RFI en 2003, abordera des sujets cruciaux qui constituent un handicap pour le développement du continent, à travers une prestation de musique engagée le 2 Novembre. De l’humour, il y en aura également avec la présence à Cotonou du président de la République très très Démocratique du Gondwana, Mamane un artiste atypique. Pendant 80 minutes, Mamane nous offre un show époustouflant en nous entraînant dans l’univers absurde et loufoque de cette République imaginaire dont chaque aspect nous est pourtant familier. Le rendez-vous c’est pour le 9 Novembre à 20h30. Plus que de l’humour, c’est à une pièce de Théâtre de Florent Couao-Zotti, Dine Alougbine et Tola Koukoui, que le public aura à assister le 7 Décembre. Pour la première dans l’histoire, trois metteurs en scène se mettent ensemble sur scène pour offrir aux béninois une scène d’un homme enlevé, torturé puis retrouvé mort lors d’un coup d’Etat perpétré par Bob Denard aux Comores. Trente ans après, sa fille cherche à comprendre et surtout à identifier le meurtrier… entre heurts, tendresse et règlement de comptes, le va-et-vient entre ce passé douloureux et ce présent incertain, donne à cette pièce l’allure d’un huis-clos dramatique où les protagonistes tentent de reconstruire une mémoire de l’altérité en même temps qu’une responsabilité historique. Ainsi se présente donc la programmation de la célébration du cinquantenaire de l’Institut Français de Cotonou. Nous y reviendrons largement dans nos prochaines parutions.

Edouard KATCHIKPE

« Il fera beau » de Daniel Edah : Une autobiographie qui marque la réussite et invite à l’espoir
Prev Post « Il fera beau » de Daniel Edah : Une autobiographie qui marque la réussite et invite à l’espoir
Prix Découvertes Rfi 2013 : Sèssimè pour porter les couleurs du Bénin
Next Post Prix Découvertes Rfi 2013 : Sèssimè pour porter les couleurs du Bénin

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *