Colloque scientifique ” 10 Janvier : et après ? ”: Des universitaires s’intéressent à la dimension cartésienne face à la réalité mantique du vodùn

  • 0
  • 110 views

La date du 10 janvier est marquée par une célébration festive des adeptes des religions endogènes  dont l’effet s’estompe presque aussitôt le lendemain. La portée de la fête des religions endogènes après la célébration effervescente du 10 janvier, préoccupe les universitaires qui se sont penchés sur le sujet les 19, 20 et 21 janvier 2022 à l’Université d’Abomey-Calavi. Réunis autour d’un colloque scientifique international haussé par la présence des têtes couronnées Daagbo Hounon Hounan II et Agassa Sossa Guèdèhounguè, les universitaires ont échangé autour du thème : « Le vodùn dans un monde en mutation : de la prétention cartésienne à la rationalité mantique ». A cette messe scientifique internationale, les participants ont tenté de répondre aux problématiques touchant aux rationalités présentes autour du vodùn à celles cartésiennes, les danses et rythmes dans les pensées mantiques ; la syntaxe politique de la gouvernance dans les territoires du vodùn ; la pensée mantique au cœur de la création de la mode ; l’éducation dans les pensées mantiques ; les églises, les mosquées, les spiritualités et les vécus dans la pensée mantique. Pour Dr Raymond Coovi Assogba, président du comité d’organisation, la tenue de ce colloque est le signe de la construction d’un boulevard pour unir l’enseignement supérieur à la pensée du vodùn ; un boulevard qui mettra l’avenir derrière le passé, pour laisser fleurir le potentiel vécu des réalisations par le vodùn et la pensée universitaire du vodùn. « L’un des plus grands défis de nos assises réside dans la définition, dans l’encadrement et dans l’exploitation des statuts épistémologiques des savoirs de la pensée du vodùn. Face aux rationalités mantiques, il revient in fine à se poser la question du statut épistémologique des savoirs liés au vodùn, ou de la rationalité, ou très exactement des rationalités relatives au vodùn », martèle le professeur Placide Clédjo, président du conseil scientifique et directeur de l’Ecole Doctorale Pluridisciplinaire : Espaces, Cultures et Développement. Réfléchir sur le vodùn dans un monde en mutation, estime professeur Félicien Avlessi, recteur de l’UAC, est un défi digne d’une institution universitaire qui entend jouer sa partition dans la saine intelligence des valeurs culturelle et cultuelle susceptibles de contribuer à un développement durable de la communauté nationale voire continentale.

Edouard KATCHIKPE

Baccalauréat 2022 : les centres retenus pour le dépôt des candidatures libres sont connus
Prev Post Baccalauréat 2022 : les centres retenus pour le dépôt des candidatures libres sont connus
Validation des Acquis de l’Expérience et certification professionnelle : Le Bénin capitalise deux documents de référence
Next Post Validation des Acquis de l’Expérience et certification professionnelle : Le Bénin capitalise deux documents de référence

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *