Conclaves des corps habillés africains à Cotonou : Les violences faites aux femmes et aux filles au centre des débats

  • 0
  • 39 views

La salle bleue du Palais des congrès de Cotonou a servi de cadre à deux jours d’intenses et de fructueuses réflexions sur les violences exercées sur la gent féminine africaine. Officiellement ouverte le mercredi 13 novembre 2013 par le ministre béninois en charge de la sécurité publique, cette 3ème assemblée générale des organes de sécurité sur les violences faites (OSV FFF) aux femmes et aux filles a pris fin dans la soirée de ce jeudi. Plusieurs communications et activités ont meublé la rencontre de Cotonou sur la stratégie commune de lutte contre les violences faites à cette cible.

«Approche intégrée de prise en charge des femmes et filles victimes de violences : rôle des organes de sécurité ». C’est ce thème qui a, deux jours durant, focalisé l’attention des corps habillés venus des quatre coins du continent africain. En souhaitant la bienvenue aux participants et officiels venus de divers horizons, le contrôleur général de police Nazaire Hounnonkpè en sa double qualité de Directeur général adjoint de la police nationale et de Président du comité d’organisation de la 3ème assemblée générale des OSV FFF a fait observer que la prise en charge des victimes de violences d’où qu’elles viennent a été de tout le temps le cheval de bataille des autorités béninoises en charge de la sécurité. Selon lui, la célérité avec laquelle la loi 2011-26 du 09 janvier 2012 portant prévention et répression des violences faites aux femmes a été votée et promulguée en est la preuve. En félicitant le gouvernement béninois pour avoir autorisé la tenue desdites assises, Diene Keita, coordonatrice par intérim des activités opérationnelles du système des Nations Unies a peint un tableau sombre des statistiques sur les violences faites aux femmes et aux filles dans le monde. « Une femme sur cinq est victime de viol ou de tentative de viol au moins une fois dans sa vie. Au Bénin, une étude nationale de 2009 a montré que 69% des femmes ont subi des violences au moins une fois dans leur vie.» a-t-elle présenté. Au regard de ces statistiques peu reluisantes, il importe selon Diene Keita, qu’un accent soit mis sur le rôle important des organes de sécurité dans l’élimination de ce phénomène social. Pour le ministre François Houessou en charge de la sécurité, cette 3ème Assemblée générale vient à point nommé car elle a permis de confronter les expériences afin de dégager des solutions applicables par tous les pays d’Afrique dans une synergie avec tous les autres acteurs. Le Bénin qui a pris les destinées de cette jeune institution, a-t-il poursuivi, se doit d’élaborer son plan d’actions dans un bref délai pour l’effectivité de la prise en charge des victimes dans une approche intégrée. D’importantes recommandations ont sanctionné les assises de Cotonou. Celles-ci, si elles étaient réellement mises en œuvre, permettront de réduire sensiblement les effets pervers de ce fléau qui présente de ahurissantes statistiques.

Romuald D. LOGBO

Veille citoyenne en période électorale : Le CCA renforce la capacité des formateurs
Prev Post Veille citoyenne en période électorale : Le CCA renforce la capacité des formateurs
Un non-lieu de sauvetage !
Next Post Un non-lieu de sauvetage !

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *