Ecoles privées de l’Atlantique : La dictée matinale toujours d’actualité

  • 0
  • 241 views

Discipline enseignée aux écoliers pour relever leur niveau en langue française, la dictée est plus ou moins prise au sérieux dans les écoles privées. Une descente dans certaines écoles privées du département de l’Atlantique a permis de s’en rendre compte.

Nous sommes au Complexe Scolaire Ste Bernadette, situé dans l’arrondissement de Hêvié, commune d’Abomey-Calavi. Il est 9 heures, le vendredi 1er décembre 2023. Chaque instituteur de cette école en situation de classe, s’affaire à donner le meilleur de lui-même pour l’amélioration du niveau de leurs écoliers. Mathurin Atchou est un instituteur en charge de la classe de CM1 dans cette école privée, logée dans la Circonscription Scolaire Abomey-Calavi 1 et sise à Adovié, dans le quartier Tohouénou. Intégrant récemment le corps enseignant de cette école, ce maître a tôt fait de remarquer le faible niveau de ses enfants de la classe de CM1 en français, nommément en dictée. « Quand j’étais venu dans cette école, les enfants n’avaient pas un bon niveau en français. Ce qui m’a poussé à penser à la dictée matinale. A 7 heures, la majorité vient et je commence la dictée avec eux pour les aider à mieux écrire les mots. J’ai mis de la rigueur au point où tous les enfants sont présents. Même si je ne commence pas à 7 heures, à 7 h 30 minutes, nous commençons. Nous faisons la dictée, les lundis, les mercredis et les vendredis. Donc la dictée se fait 3 fois par semaine au minimum », explique l’instituteur adjoint, Mathurin Atchou. La dictée, autrefois une discipline administrée les matins, peine à être pérennisée dans des écoles. Elle consiste à aider les enfants à savoir écrire les mots en respectant les règles de grammaire, de conjugaison et d’orthographe.
Dans sa quête de relever le niveau de ses écoliers en français, Mathurin Atchou, collaborateur de Nestor Agbéti, directeur du CS Ste Bernadette, fait recours à la dictée préparée. Cap est mis sur le Complexe Scolaire « La Solidarité » à Godomey, non loin de la Bibliothèque Bénin Excellence.

Moubarak Sabidja, instituteur de la classe de CM2 au CS La Solidarité

La dictée, une réalité au CS La Solidarité

Même si la soumission des écoliers du Littoral à l’exercice de la dictée a suscité beaucoup d’encre et de salive, dans le département de l’Atlantique, notamment dans les établissements privés, la dictée reste d’actualité. Dans la classe de CM2 du Complexe Scolaire « La Solidarité », la dictée est administrée chaque matin et ce tous les jours. Moubarak Sabidja est le titulaire de la classe de CM2 dans cette école privée. Dans une tenue d’Education Physique et Sportive (EPS), tout porte à croire que les apprenants, à la fin des séquences pédagogiques en classe, vont être conviés à l’EPS. Exclusivement, c’est la dictée qui intéresse l’instituteur, pour l’heure. « Nous faisons la dictée préparée qui consiste à amener les enfants à se familiariser avec les expressions, les mots. Nous préparons l’enfant à la connaissance des outils linguistiques, à savoir la graphie des mots », fait savoir Moubarak Sabidja, instituteur en charge de la classe de CM2 au CS « La Solidarité » à Godomey. Il ajoute par ailleurs qu’il s’arrange pour démarrer la dictée avec ses écoliers à 7 h30 minutes.
Discipline importante pour l’amélioration du niveau linguistique de l’enfant, la dictée se présente sous multiples formes. La dictée à trous, la dictée préparée, la dictée contrôle pour ne citer que celles-là.

Mathurin Atchou, instituteur en charge de la classe du CM1 au CS Ste Bernadette

Un faible niveau linguistique des enfants évoqué

« Il y a beaucoup qui n’arrivent pas à écrire les mots, ils n’arrivent pas à finir la dictée. Les cahiers que j’ai en face de moi, ce sont pour les meilleurs. C’est-à-dire ceux qui arrivent à ne pas faire beaucoup de fautes sinon la majorité, c’est 50 fautes, 20 fautes », lâche Mathurin Atchou, instituteur en charge de la classe de CM1 au CS Ste Bernadette à Hêvié. Quand je fais le point dans la classe, fait-il remarquer, à peine 5 écoliers arrivent à ne pas faire assez de fautes.
Pédagogue bon teint, il procède à la remédiation à travers la pédagogie différenciée aux fins d’espérer de bons résultats au prochain exercice de dictée. « A chaque correction, j’essaie d’expliquer les notions de grammaire à l’appui, de sujets, les différents types de compléments, les accords, les participes passés afin qu’ils puissent quand même mieux faire les prochaines fois », indique le maître Mathurin Atchou. Moubarak Sabidja du CS La Solidarité ne dira pas le contraire. « Il faut dire que les enfants ont des lacunes, des problèmes. Grâce à cette dictée, nous avons pu corriger quelques lacunes chez les apprenants. Nous arrivons à mettre les enfants au même diapason. Cela leur permet de rédiger des textes dans le temps et de bien s’exprimer. Avec la dictée, nous leur faisons écrire, copier et je crois qu’ils s’en sortent bien. »

Enock GUIDJIME

Master Conception et Gestion des Innovations Pédagogiques : Former des cadres pointus pour l’éducation
Prev Post Master Conception et Gestion des Innovations Pédagogiques : Former des cadres pointus pour l’éducation
Dr Herman Dègla, neuropsychologue, à propos de la parentalité bienveillante : « Les parents doivent changer leur mode de fonctionnement »
Next Post Dr Herman Dègla, neuropsychologue, à propos de la parentalité bienveillante : « Les parents doivent changer leur mode de fonctionnement »

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *