Elaboration du Plan Sectoriel de l’Education post 2015 : Les journalistes formés pour faciliter l’appropriation du Document par les populations

  • 0
  • 34 views

Le Secrétariat Technique Permanent du Plan Décennal de Développement du Secteur de l’Education (STP-PDDSE) a servi de cadre à un atelier de renforcement des capacités des journalistes béninois le mardi 28 mars dernier. Venus des quatre coins du pays, les professionnels des médias ont massivement répondu présents.

De Banikoara à Cotonou en passant par Djougou, Natitingou, Lalo, Parakou, Allada, Lokossa, et autres, c’est au total 27 organes de presse, toutes catégories confondues, qui ont fait le déplacement sur Cotonou. Objectif, participer à l’atelier de renforcement des capacités initié par le STP-PDDSE en vue d’aiguiser leurs compétences professionnelles et d’actualiser leurs connaissances sur le Plan Sectoriel de l’Education post 2015. Au menu des échanges, quatre communications et un plaidoyer.

Aperçu du déroulement des travaux …

La première communication a été présentée par Dr Pascal Zountcheme, Directeur du Centre Africain de Formation et de Perfectionnement des Journalistes (CAFPJ). Dans son message aux participants, il a retracé les fondamentaux du journalisme. A cet effet, il a fait le tour des trois (3) fonctions des médias, des principes du journalisme et des règles de l’écriture journalistique. Pour satisfaire la curiosité des participants, il est aussi revenu sur de nombreuses erreurs professionnelles parfois commises par inadvertance dans l’exercice de la profession. Après plus d’une heure de discussions nourries, la parole est revenue à Guy-Constant Ehoumi, Président de l’Observatoire de Déontologie et de l’Ethique dans les Médias (ODEM). Pour son thème « Ethique et déontologie dans les médias au Bénin », le Président de l’ODEM n’a pas fait dans la dentelle. C’est à bâtons rompus et entre confrères qu’il a parcouru les articles du Code de déontologie de la presse béninoise en soulignant à chaque étape certaines pratiques contraires au métier. A ce rendez-vous entre acteurs, les astuces de Guy-Constant Ehoumi ont rencontré l’adhésion massive des journalistes présents. C’est dans un jargon technique dilué, que Mohamed Aboubakari, ex Directeur de la Programmation et de la Prospective (DPP) du Ministère des Enseignements Maternel et Primaire (MEMP), a présenté ce qu’est un Plan Sectoriel de l’Education et son processus d’élaboration. Caractéristiques d’un Plan Sectoriel de l’Education, analyse sectorielle, modèle de simulation et d’étayage, endossement financier du plan, calendrier d’exécution des activités qui traduit la mise en œuvre et enfin, suivi-évaluation. Telles ont été les grandes articulations de sa communication. C’est avec technicité qu’il a répondu aux questions des journalistes au cours des échanges qui ont duré plus d’une heure d’horloge. Attention, concentration et silence ont caractérisé la posture des hommes des médias lors de la communication du STP-PDDSE, Abdel Rahamane Baba-Moussa. « Note d’analyse sectorielle de l’éducation au Bénin : présentation des résultats », tel est le thème de sa présentation qu’il a déballé devant ses apprenants d’un jour. Une à une, statistiques à l’appui, les tares du système éducatif béninois ont été passées à la loupe avant que la nouvelle architecture du système éducatif ne soit présentée aux journalistes. Preuve de l’intérêt qu’ils ont manifesté à l’endroit de cette communication, il a fallu deux séries de questions-réponses pour vider les inquiétudes. A sa suite, Gilbert Migan, Consultant en éducation à la Coopération Suisse. Il a tenu à montrer l’importance de la présente séance de sensibilisation et de formation. Pour lui, le PME (Partenariat Mondial pour l’Education) accorde une place importante aux médias pour la sensibilisation des populations sur l’élaboration d’un Plan voulu sous l’approche participative et constructive de l’ensemble des acteurs de l’éducation au Bénin. Une remise officielle des lettres de missions à chaque organes de presse associé par le STP-PDDSE a mis fin aux manifestations.

Avis de quelques participants

Adamou Zibrila , Solidarité FM Djougou

«En tant que journaliste, je salue cette initiative, car, elle nous permet d’accompagner ce processus. Avec les responsables, nous allons travailler afin que les populations que nous desservons soient informées au même titre que les autres. Le cahier des charges que nous avons reçu va nous permettre de produire des émissions en descendant sur le terrain au contact des populations ».

Moukaram Kossoko , Radio La voix de la Lama, Allada

«Il faut louer l’initiative qui permet aux journalistes de comprendre le processus parce que ce n’est pas donné de savoir d’avance tout ce qu’on met dans un plan. Ce qui a retenu plus mon attention, c’est la communication du STP qui a expliqué de long en large le mécanisme mis en place pour que le PSE post 2015 puisse prendre corps normalement. Même si nous ne voyons que l’aspect intellectuel, nous avons compris que le système éducatif est un tour, de la maternelle jusqu’à l’université. Désormais nous devons parler aux parents afin de changer leur mentalité y compris les intellectuels pour qu’ils puissent prendre en compte les formations artisanales ».

Gilbert Migan , Consultant en éducation à la Coopération Suisse

«Le nombre d’invité est impressionnant, car, il y avait presque tous les organes y compris les radios communautaires. Cela a permis d’avoir une idée claire de tous ceux qui vont participer à cette activité que nous voulons très participative à l’endroit des populations. Je suis rassuré qu’avec cet effectif, on pourra atteindre l’objectif fixé. En effet, il s’agit d’impliquer tous les acteurs de l’éducation dans l’élaboration de ce Plan sectoriel de l’éducation qui va partir de 2018 à 2030 comme les ODD notamment, l’ODD 4. Pour le PME, il faudrait qu’un Plan de développement du secteur de l’éducation soit non seulement compris par la population mais permette à cette dernière de s’expliquer et de donner son point de vue. Ainsi, les acteurs pourront se retrouver dans ce que nous allons faire ».

Gilbert Migan , Consultant en éducation à la Coopération Suisse

«Le nombre d’invité est impressionnant, car, il y avait presque tous les organes y compris les radios communautaires. Cela a permis d’avoir une idée claire de tous ceux qui vont participer à cette activité que nous voulons très participative à l’endroit des populations. Je suis rassuré qu’avec cet effectif, on pourra atteindre l’objectif fixé. En effet, il s’agit d’impliquer tous les acteurs de l’éducation dans l’élaboration de ce Plan sectoriel de l’éducation qui va partir de 2018 à 2030 comme les ODD notamment, l’ODD 4. Pour le PME, il faudrait qu’un Plan de développement du secteur de l’éducation soit non seulement compris par la population mais permette à cette dernière de s’expliquer et de donner son point de vue. Ainsi, les acteurs pourront se retrouver dans ce que nous allons faire ».

Marcel Zounmenou , Rédacteur en chef de la Nouvelle Tribune, Cotonou

«Le secteur de l’éducation est un secteur qui nous intéresse tous mais sur lequel la majorité des journalistes n’ont pas les informations intéressantes dont les populations ont besoin pour faire leurs choix. L’atelier de ce jour nous a permis de nous imprégner des résultats de l’état du système éducatif et de savoir ce qu’on appelle un plan sectoriel de l’éducation et aussi de mesurer son impact sur la vie des béninois. Notre rôle est donc de faire en sorte que la majorité des béninois soit informée du contenu de ce plan et des avantages que chacun pourra en tirer. Je retiens que le plan en élaboration tient compte des erreurs du passé et permettra de régler de façon substantielle le problème du chômage ».

Sena Liblia , ORTB-Radio

«Je retiens que les acteurs sont en train de poser des actes concrets pour que le secteur de l’éducation contribue au développement du pays. Avec l’aide de mes supérieurs, je compte réaliser des émissions, reportages et autres sur l’éducation et l’orientation scolaire et professionnelle ».

Guy Constant EHOUMI , Président de l’ODEM

«J’ai trouvé que les journalistes qui étaient présents sont motivés et qu’ils avaient besoin de comprendre quelques notions dans la pratique quotidienne de leur travail pour qu’ils puissent améliorer leurs prestations de tous les jours. La représentativité des journalistes que j’ai vus est déjà appréciable. Il faut que les journalistes mettent toute la technique pour collecter la bonne information en allant sur le terrain. Je les invite aussi à diversifier leurs sources d’informations en allant vers les divers acteurs de l’éducation ».

Adjéi KPONON

Hygiène et assainissement en milieu scolaire : Les « écoles bleues » pour éduquer autrement les apprenants
Prev Post Hygiène et assainissement en milieu scolaire : Les « écoles bleues » pour éduquer autrement les apprenants
Abdel Rahamane Baba Moussa, du retour de la TRIENNALE ADEA 2017 : « Le nouveau modèle éducatif du Bénin a été bien conçu avec des passerelles vers l’emploi »
Next Post Abdel Rahamane Baba Moussa, du retour de la TRIENNALE ADEA 2017 : « Le nouveau modèle éducatif du Bénin a été bien conçu avec des passerelles vers l’emploi »

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *