Elections, hier, pour le choix de nouveaux élus consulaires : Un vote sans anicroche pour relancer la CCIB

  • 0
  • 37 views

Les opérateurs économiques de divers catégories et secteurs d’activités économiques inscrits sur les listes électorales sont convoqués aux urnes, conformément au calendrier électoral de la commission électorale, pour élire de nouveaux acteurs de l’institution consulaire et in fine, la doter d’un nouveau bureau exécutif conduit par un président. C’était hier dimanche 5 janvier 2014 sur l’ensemble du territoire national.

Un vote sans anicroche pour relancer les activités de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Bénin (CCIB). Les opérateurs économiques de divers catégories et secteurs d’activités économiques inscrits sur les listes électorales et convoqués aux urnes, conformément au calendrier électoral de la commission électorale, ont certainement compris le bien fondé de la tenue desdites élections après plusieurs mois de tergiversations, d’atermoiements et de crises non motivées. Sans heurt, chacun a exprimé son vote dans l’intérêt supérieur de l’institution consulaire. On pourrait dès lors espérer un nouveau jour pour la chambre consulaire, l’un des poumons de l’économie béninoise en ce sens qu’elle contribue en recette au budget national et donc aux différents secteurs de développement comme l’éducation. A la lumière du calendrier de la CEC-CCIB, les résultats des élections seront proclamés, après demain, le mercredi 8 janvier. Ils seront publiés et affichés pour le grand public le jeudi 9 janvier. L’installation officielle de la nouvelle assemblée consulaire et l’élection des membres du bureau exécutif et des différents organes sont prévues pour le samedi 25 janvier 2014.

Satchivi vote dans le 10ème arrondissement de Cotonou

Jean-Baptiste Satchivi, opérateur économique et candidat en lice a exprimé son vote dans le 10ème arrondissement de la ville de Cotonou sis au quartier Zogbo. Il sonnait 11h 34 minutes. Dans le calme et la sérénité, il a accompli son droit de vote. Plus tôt, ce fut la directrice du Conseil National des Chargeurs du Bénin (CNCB) qui a exprimé son suffrage dans le même bureau de vote. Comme ses prédécesseurs votants, elle a choisi le bulletin de vote, pris le cachet et s’est dirigée vers l’isoloir, puis est venue déposer dans l’urne, le bulletin cacheté. Au terme du vote, elle a confessé sa satisfaction et son souhait de voir prospérer la Chambre de Commerce et d’Industrie du Bénin. Pour le maintien du cadre et le vote sans anicroche des opérateurs économiques, des hommes en uniforme ont été déployés sur les lieux pour la supervision. Ils ont donc veillé au grain. En somme, tout s’est relativement passé sans anicroche dans le 10ème arrondissement de Cotonou.

A Porto-Novo, un faible taux de participation

Dimanche 5 janvier 2014. Sept heures du matin. Le cortège de la ministre en charge du commerce échoue à la mairie de la ville où sont installés deux bureaux de vote. Echange de civilités entre l’autorité ministérielle et celles en charge des élections consulaires dans ce département. Pour mieux s’imprégner et s’assurer de l’organisation effective et sans anicroches des élections, l’autorité étatique a tenu une brève séance d’échanges et de concertation avec les différents acteurs impliqués dans la chaîne du processus électoral dans ce département. Place enfin au lancement proprement dit des élections sur toute l’étendue du territoire national. A l’occasion, la ministre s’est fait entourer des membres de son cabinet, ceux des deux bureaux de votes, du directeur départemental du commerce, Rodrigue Gasard et des forces de l’ordre dépêchés sur les lieux. Naomie Azaria Hounhoui lance ainsi le scrutin dont l’issue est de doter le Bénin d’une Chambre de Commerce et d’Industrie représentative, vitrine de la santé économique de notre pays. Elle aurait aimé le faire devant des électeurs enthousiastes mais hélas. Jusqu’ à onze heures où notre équipe de reportage quittait les lieux, aucun électeur n’est encore venu exprimer son droit de vote. Pour ce qui concerne les statistiques, on note 36 votants dans le secteur du commerce, 05 au niveau de l’industrie et 16 dans le secteur des services pour les deux bureaux de vote érigés à l’hôtel de ville. Toutefois, la ministre s’est réjouie de la tenue effective de ce scrutin dont le report n’a que trop durer. Son souhait primordial est que toutes les étapes y afférentes se déroulent dans les mêmes conditions. Après Porto- Novo, le cortège s’est ébranlé pour la commune de Sèmè-Kpodji pour le même exercice.

A Lokossa, la tension monte d’un cran

A 8h30mn déjà au seuil de la salle de réunion de l’hôtel de ville de Lokossa ce dimanche matin, bulletins de vote, listes électorales, encres indélébiles, urnes, isoloirs…tout était fin prêt pour une élection consulaire des plus réussies. 9h04mn, Valérie Tohou le premier votant fit son entrée dans le bureau de vote. Et après les formalités et contrôles d’usage, elle exprime avec un ouf de soulagement son suffrage. A sa suite, un autre. Vincent Médessou qui se verra interdire son droit de vote. Et pour cause, l’encre ayant servi à écrire son nom sur la procuration qu’il détenait est différente de celle qui a servi à remplir la même procuration. L’arbitrage des représentants des huissiers interviendra pour départager le présumé faussaire et le Président du bureau de vote. Arbitrage qui sera qualifié de partial et de tendancieux par le Président qui ordonne l’expulsion des juges de circonstance du centre de vote au motif qu’ils n’y ont rien à y faire. Non, rétorquent ceux-ci qui estiment qu’ils ne peuvent de l’extérieur, convenablement accomplir la mission pour laquelle ils ont été investis à savoir relever les éventuelles irrégularités liées au scrutin. Après quelques minutes de vives échauffourées verbales, le calme est revenu et ils ont repris service. L’ambiance était tout de même tendue entre les représentants des candidats, les superviseurs et les agents de bureau de vote qui s’échangeaient des invectives intempestives devant une demi douzaine de policiers qui tentaient en vain de les calmer.

A Parakou, des opérateurs économiques bloqués

A Parakou, c’est la cour de la préfecture des départements du Borgou et de l’Alibori qui abrite le seul bureau ouvert à cet effet. Sous des manguiers fleuris, se dressent une table, quatre chaises, deux urnes transparentes, l’une pour le vote national et l’autre pour le régional et un peu plus en retrait l’isoloir. A proximité, des électeurs des secteurs industrie, commerce et services, ainsi que des curieux en de petits groupes échangent quelques civilités. Tout semble être fin prêt pour un bon déroulement du scrutin.
Il sonnait exactement 9 heures 05 minutes quand le superviseur régional Dénis Ali Yérima, actuel ministre de la défense a donné le top des opérations de vote. Ils sont au total 195 électeurs à être attendus à ce bureau sur les 448 inscrits dans les départements. L’opérateur économique Mama Dramani a eu le privilège d’être le premier à s’acquitter de son devoir vis-à-vis de cette institution. A l’issue de son vote, il exprime toute sa satisfaction par rapport à ce dénouement. Pour ce sexagénaire, le geste qu’il vient d’accomplir marque la fin d’un feuilleton à plusieurs épisodes au niveau de l’instance consulaire. Malheureusement, aux environs de 14 heures, heure à laquelle nous mettons sous presse, nombreux sont ces opérateurs économiques qui ne peuvent pas accomplir le même geste que Mama Dramani. Et pour cause, un des candidats en lice, actuellement en minorité aurait gardé par devers lui leurs cartes. Toute chose qui fâche les victimes qui devront attendre, si la situation n’évoluait pas avant la fermeture du bureau de vote à 17 heures 05 minutes encore quelques années avant de se voir en train de remplir leur devoir vis-à-vis de la CCIB.

Des opérateurs économiques se prononcent après leurs votes

Marie Diane Tossa Gbossou, Directrice CNCB

« Je voudrais remercier les membres des différents organes qui ont œuvré pour l’organisation des élections consulaires »

«Je suis animée par la joie et la satisfaction. Jusqu’à la veille du nouvel an, on n’est pas totalement sûr que les élections auront effectivement lieu. Mais Dieu merci, lui qui est maître de tous les temps, il a choisi la date du 5 janvier pour la tenue des élections consulaires. Je constate qu’elles se déroulent dans la sérénité et je remercie le Tout Puissant. Maintenant, je souhaiterais au terme des votes une CCIB au service des opérateurs économiques, une Chambre de commerce et d’Industrie du Bénin débout dont les membres sont véritablement acquis à la cause des créateurs de richesse. Je voudrais ici remercier les membres des différents organes qui ont œuvré pour l’organisation de ces élections. Je pense d’abord au chef de l’Etat qui s’est impliqué personnellement et totalement, le ministre de tutelle, Naomie Azaria, le président du comité d’organisation de ces élections et tous les membres du comité d’organisation. Je les félicite tous pour leur engagement et abnégation. On espère que déjà, la semaine prochaine, les résultats seront proclamés et publiés pour le grand bonheur des opérateurs économiques et des populations. »

Madame Avla, opératrice économique

« Pour la nouvelle équipe qui va prendre bientôt fonction, il faut qu’elle se mette immédiatement au travail »

«Mes impressions sont très bonnes. L’essentiel, c’est que la CCIB puisse avoir désormais son président quel que soit le sexe de la personne qui sera élue. On le souhaite vivement. Pour la nouvelle équipe qui va prendre bientôt fonction, il faut qu’elle se mette immédiatement au travail parce que nous avons perdu assez de temps dans l’élection d’un bureau consensuel pour la CCIB. La route a été plus que longue, donc on n’a plus de temps à perdre.

Mama Dramani, opérateur économique

« Ce geste que je viens d’accomplir marque assurément la fin d’un feuilleton à plusieurs épisodes »

«J’ai eu le privilège d’être le premier à m’acquitter de mon devoir citoyen ici à Parakou. Je voudrais exprimer ici toute ma satisfaction par rapport au dégel en vue de crise à la CCIB, dégel qui se traduit par la tenue effective des élections pour ce jour. Ce geste que je viens d’accomplir marque assurément la fin d’un feuilleton à plusieurs épisodes au niveau de l’instance consulaire de notre pays.

Serge-David ZOUEME

Dégel de la crise sociale au Bénin : Nago invite les parties en conflit à un dialogue sincère et responsable
Prev Post Dégel de la crise sociale au Bénin : Nago invite les parties en conflit à un dialogue sincère et responsable
Le Bénin Culturel en 2013 : Un pas de géant dans la douleur
Next Post Le Bénin Culturel en 2013 : Un pas de géant dans la douleur

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *