Envol du programme pilote-mooc : 90 étudiants béninois certifiés

  • 0
  • 38 views

Quatre vingt-dix (90) étudiants béninois ont reçu leur parchemin au Centre Culturel Américain (CCA). C’est à la suite de deux mois de formation à distance du Programme Pilote dénommé MOOC (Massive Open Online Courses). Programme basé sur trois domaines de compétence dont l’Entrepreneuriat, l’Énergie et l’Anglais. La cérémonie de remise officielle de certificat qui a eu lieu le vendredi dernier s’est déroulée en présence de l’ex ministre Reckya Madougou, du directeur de CCA et de quelques formateurs venus témoigner de leur soutien à cette initiative.

Donner accès à de nouvelles opportunités d’études à beaucoup de personnes dans le monde d’une part et informer les étudiants étrangers sur le système éducatif américain en ouvrant une fenêtre sur le monde universitaire des États-Unis, d’autre part. Tels sont les deux objectifs visés par le Programme Pilote-MOOC à l’usage intensif des TIC. Répartis selon leur domaine de compétence, les récipiendaires ont reçu leurs certificats après avoir été formés sur les trois modules que sont : « l’Énergie, l’Environnement, et notre Avenir » de l’Université de l’État de la Pennsylvanie ; « Americana/Anglais : Écouter, Parler, et Prononcer » de l’Institut de Technologie du Massachussetts ; et « Économie/Entreprenariat : Fondements de l’Analyse d’Affaire » de l’Université de Californie, Irvine. Cette formation pratique de deux mois, à l’américaine, viendra renforcer le savoir-faire des apprenants dans leur domaine de compétence. Au cours de cette cérémonie, Mr Douglas Johnston, directeur du CCA s’est adressé aux heureux du jour en ces termes « ces trois modules sont des connaissances et des compétences nouvelles que vous avez acquises et que vous allez sûrement utiliser pour l’avenir de votre pays. » Occasion pour Reckya Madougou, formatrice dudit programme de partager avec les récipiendaires le contenu de son message. Il s’agit pour la citer de : « faire de vous des ambassadeurs également, ce que vous avez acquis ici, faites-en également un cheminement autour de vous, faites en sorte que d’autres jeunes autour de vous puissent aller absolument à cette source. » A cette même cérémonie, la représentante des récipiendaires, Edna-Stella Fayomi a reconnu les nombreux défis qui attendent les jeunes. Lesquels défis, à l’en croire, ne seront relevés que par cette formation reçue avant de conclure en ces termes « … parler l’anglais, s’engager dans l’entreprenariat, construire une économie verte sont autant de défis pour la jeunesse que nous sommes. Et nous estimons que nous pouvons le faire. » Quelques heures avant la cérémonie, Laurent Lubulu, Assistant des Affaires Publiques, a entretenu les récipiendaires, pendant une quarantaine de minutes, sur les cinq (05) étapes que tout étudiant se doit d’emprunter pour aller étudier aux États-Unis. Celle qui semble la plus importante et inconditionnelle, a-t-il précisé, est la maîtrise de la langue anglaise car celle-ci représente le plus souvent une barrière pour les ressortissants des pays francophones s’est-il justifié.

Maurice SAGBOHAN

L’heure de la raillerie!
Prev Post L’heure de la raillerie!
Même les Crétins saluent MADIBA !
Next Post Même les Crétins saluent MADIBA !

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *