Exposition « Terre d’Accueil » de Aris : Révélation d’une force de tolérance exceptionnelle

  • 0
  • 305 views

L’Homme né poussière passe sa vie physique sur la terre avant de retourner à la poussière. Les biens matériels qui ont agrémenté son passage dans ce monde retournent aussi à la terre. C’est une évidence connue de l’Homme et aussi de la terre, un témoin avéré du passage dans la vie de l’être humain. Cette matière ‘’Terre’’, grand réceptacle des défauts matériels du passage de l’être humain a enseigné des choses à l’artiste-plasticien Aris, de son nom à l’Etat civil Francel Dagbéto. Dans le hall du premier étage de Nobila Hôtel Airport à Cotonou, l’exposition « Terre d’Accueil », se dévoile aux passionnés des arts. C’est un ensemble de 13 œuvres portant sur les révélations de l’un des éléments entrant dans l’équilibre spirituel de l’être humain au plasticien Aris. Le sable associé à des pigments naturels sont mis à contribution dans la réalisation de ces œuvres, qui constituent un aboutissement heureux à un questionnement du plasticien au sujet de la matière ‘‘Terre’’.
« Vous savez, nous créons des dégâts dans l’atmosphère. Tout ce que nous utilisons comme habits, voitures, maisons et autres, nous les laissons dans la nature, sur la terre. Quand vous prenez aussi les dégâts causés par les autres éléments tels que le feu, l’air et l’eau, tout revient à la terre. La terre nous nourrit et en retour elle reçoit nos déchets. C’est en cela que je dis que la terre est tolérance. La terre nous enseigne une grande leçon : l’humilité, l’acceptation de l’autre », confie l’artiste-plasticien Aris sur la portée de la thématique de l’exposition « Terre d’Accueil » démarrée depuis le 14 novembre 2023 et qui se poursuit durant ce mois de décembre.

Un message pour la jeunesse

A travers les œuvres exposées, Aris amène également la jeunesse à la découverte des anciens modes de communication qui ont marqué le temps et l’histoire des sociétés africaines, avant l’avènement des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) et du numérique. Pour un usage responsable des outils de communication de notre ère, le plasticien exhorte les jeunes à mieux s’imprégner du mode d’emploi. Toujours à l’endroit de la jeunesse, le plasticien invite à faire preuve de patiente et de retenue dans la course effrénée à l’acquisition de biens matériels au prix des sacrifices occultes. « Qui va lentement va surement et chaque chose à son temps », exprime le plasticien à travers sa création baptisée ‘‘Step by step’’.

Edouard KATCHIKPE

Entités Nationales de Mutualisation du CCMEFP-UEMOA : Les pays membres analysent les nouvelles ressources de la plateforme
Prev Post Entités Nationales de Mutualisation du CCMEFP-UEMOA : Les pays membres analysent les nouvelles ressources de la plateforme
René Mathias Akakpo à propos du développement de l’EFTP au Bénin : « L’engagement de tout un chacun peut permettre de réussir ces réformes »
Next Post René Mathias Akakpo à propos du développement de l’EFTP au Bénin : « L’engagement de tout un chacun peut permettre de réussir ces réformes »

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *