Festival Cotonou Couleurs Jazz : Une 2ème édition relevée aux couleurs des élites de la musique

  • 0
  • 42 views

Le comité d’organisation du festival Cotonou Couleurs Jazz a rencontré les professionnels des médias, mercredi dernier. A la faveur d’une conférence de presse qui a lieu à Azalaï Hôtel de la Plage, Silvana Moï Virchaux et John Arcadius ont levé un coin de voile sur la programmation et les innovations apportées à cette édition du festival qui se déroulera du 28 Novembre au 1er Décembre prochain.

Après le pari réussi de la première édition du festival Cotonou Couleurs Jazz qui aura surpris plus d’un de par sa programmation audacieuse et pleine de découvertes, le comité d’organisation de ce grand événement culturel au Bénin a décidé de rééditer l’événement. Ainsi, la deuxième édition de Cotonou Couleurs Jazz dont les manifestations se dérouleront simultanément à l’’Institut Français de Cotonou et à la plage Gochily située derrière le centre commercial Erevan, accueillera cette année plus d’une quinzaine de groupes de musiciens et chanteurs qui se produiront dans des conditions scéniques dignes des plus grands festivals au monde. Avec un dispositif de son et de lumières aux normes internationales qui sera spécialement installé pour tous les spectacles, Laboratorio Arts Contemporains et le Label Vod Records, les deux structures organisatrices de cet événement, entendent pérenniser la manifestation et l’ancrer annuellement comme un rendez-vous incontournable en Afrique. Fort d’une meilleure stratégie de communication, le festival compte réunir près de 20.000 festivaliers entre la plage Gochily, lieu central du festival et l’Institut Français de Cotonou qui accueillera la soirée d’ouverture. Avec l’appui et le soutien des partenaires et de plusieurs médias internationaux, le festival Cotonou Couleurs Jazz travaille à se positionner pour devenir une plateforme du Jazz et de la world music au niveau international. Plus qu’un simple événement festif, le festival entend développer progressivement un véritable marché de la musique à Cotonou et mettre en place les outils didactiques qui permettront aux artistes et artisans du spectacle, confirmés ou émergents, de se professionnaliser. Parrainée cette année par la chanteuse béninoise Angélique Kidjo, l’édition 2013 de Cotonou Couleurs Jazz connaitra la participation des artistes et groupe d’artistes tels que Wood Sound, Raïssa Gbédji, Zeynab, Pépé Oléka, Régis Kolé et John Arcadius du Bénin, Duel et Ibeyi de la France, King Mensah du Togo, Milla Brune et Bali Murphy de la Belgique, Baaba Maal et Blue Moon du Sénégal et Henri Dikongué du Cameroun.
De la découverte des structures organisatrices du festival
Laboratorio Arts Contemporains, cette structure représentée par Silvanna Moï Virchaux, est une association à but non lucratif qui a pour missions : l’organisation, la production, la promotion et la diffusion d’événements, de produits artistiques et culturels dans un réel processus de développement. Vod Records, représenté par John Arcadius, est un label béninois de production d’œuvres musicales mises au service du développement de l’industrie musicale en Afrique. Ce centre intégré dispose à la fois d’un studio d’enregistrement et d’une salle de répétition aux standards internationaux. Il est en partenariat avec de grands studios de Belgique qui l’appuient pour la formation des ingénieurs du son et des techniciens.

Des défis du festival Cotonou Couleurs Jazz

Ce festival est une opportunité exceptionnelle de promotion de nouveaux talents nationaux. Il constitue donc un véritable marché de la musique où programmateurs et promoteurs de festivals invités pourront élargir la palette de leurs programmations futurs. Ce festival constitue également une opportunité de mise en situation pour de jeunes professionnels en concluant un cycle de formations aux métiers de la musique, tant dans les domaines artistiques que techniques. En effet, Cotonou Couleurs Jazz se positionne pour appuyer le Ministère de la culture et apporter sa contribution au développement national et international de l’art musical. Pour l’heure, la pression monte et les envies s’aiguisent…

Edouard KATCHIKPE

15 ans d’existence pour l’Ecole du patrimoine africain : Que de conservateurs et gestionnaires de sites formés
Prev Post 15 ans d’existence pour l’Ecole du patrimoine africain : Que de conservateurs et gestionnaires de sites formés
Entretien exclusif avec le Professeur Casimir Koffi DEGBEY : « La plupart de ceux qui gèrent nos musées n’ont pas le niveau requis »
Next Post Entretien exclusif avec le Professeur Casimir Koffi DEGBEY : « La plupart de ceux qui gèrent nos musées n’ont pas le niveau requis »

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *