Insécurité à l’UP : Environ dix motos volées en deux mois

  • 0
  • 158 views

À l’Université de Parakou (UP), le vol de motos devient de plus en plus fréquent. De nombreux engins ont été emportés entre novembre et janvier.

La situation devient préoccupante, mais les voleurs se foutent pas mal de la psychose qu’ils créent au sein de la communauté universitaire. De novembre 2023 à ce mois de janvier 2024, plus d’une dizaine de motos ont été volées. En l’espace de deux mois seulement, l’Université de Parakou (UP) a été le théâtre d’une inquiétante augmentation de vol de motos, une situation qui suscite ainsi de vives réactions au sein de la communauté universitaire. Interrogé sur la question, le chef service assainissement, sécurité et cadre de vie de l’Université de Parakou, Amadou Zimé Chabi, avance l’idée que la multiplication de ce délit est liée à la facilité d’entrer et de sortir sans un contrôle strict et exigeant. A cet effet, il évoque la nécessité pressante d’instaurer un système de contrôle plus exigeant en ce qui concerne l’accès à l’université, en présentant la carte d’étudiant, en guise de solution pour éradiquer le phénomène. Beaucoup d’autres usagers du campus approuvent l’idée et souhaitent que les entrées soient désormais conditionnées par la présentation de la carte d’étudiant ou autre pièce justificative. Il suffit juste de bien s’organiser, ont-ils ajouté.
Toutefois, plusieurs mesures et dispositions ont été prises pour freiner le fléau, précise le chef assainissement. Selon lui, « les étudiants ne sécurisent pas suffisamment leurs engins. Il y a certains qui refusent systématiquement de se garer dans les parkings ››, a-t-il expliqué, avant de dévoiler leur mode opératoire. ‹‹ Ils vont voir là où il y a le plus de regroupement d’engins, et eux-mêmes, ils sont assis sur leur engin, ils se rapprochent d’un engin qu’ils ont bien ciblé, à l’aide d’un marteau, il tape là où on met les clés. Lorsque ça cède, ils raccordent les fils et ils démarrent l’engin. Son second reste tranquille sur l’engin et l’autre démarre et quand on dit, au voleur, celui qui est derrière fait semblant de poursuivre celui qui est sur l’engin volé. Or, il bouche les possibilités de l’arrêter, parce que ceux qui lui courent après quand ils voient un engin derrière celui qui a volé, ils se disent lui au moins, il va nous aider… Ils sortent par deux entrées, le portail Ortb et le portail Cip ››, a-t-il expliqué.
Mais, dans un contexte où la sécurité devrait être une priorité, la communauté estudiantine de l’UP est de plus en plus préoccupée par la disparition des motos stationnées hors des parkings sur le campus. Les vols répétés ont généré un climat d’insécurité, entravant la quiétude des étudiants et en mettant tout le monde sur le qui-vive. Inquiets, les responsables d’étudiants dans la dynamique de juguler le problème, ont émis l’hypothèse que la fermeture des portails de l’Université les week-ends pourrait être un facteur déterminant dans cette série de vols. Car, disent-ils, c’est comme ci, on mettait les voleurs à l’épreuve et aux défis ››. Un défi qu’ils tentent de relever et de prouver que malgré la fermeture de certaines entrées les weekends, les motos disparaissent. Néanmoins, il est important de notifier que les motos ne disparaissent pas que les weekends.
Le cas le plus patent est celui du lundi 15 janvier dernier, où une moto a été volée en pleine journée. Outre ce cas, quelques jours avant, c’est-à-dire, dans la nuit du 10 janvier dernier, pendant que tous les portails étaient fermés, une moto a été également volée. ‹‹ À peine, l’étudiant a commencé par crier, au voleur, fermez les portails, le voleur a réussi à s’échapper avec la moto pendant que les portails étaient fermés ››, relate Siki (prénom attribué), étudiant témoin. Par quel portail est-il donc sorti ? Et comment a-t-il pu aussitôt s’échapper ? Où étaient les agents de sécurité et que faisaient-ils ? Autant de questions qui taraudent les esprits.
Ces interrogations viennent mettre en doute la crédibilité des agents de sécurité qui sont censés veiller à la sécurité des personnes et des biens sur le campus. Et d’ailleurs, sur la question, le chef service assainissement, sécurité et cadre de vie, n’a pas hésité à souligner le laxisme dont ils font preuve dans leur travail. ‹‹ Nous avons un service de sécurité qui parfois aussi est laxiste ››, a-t-il fait remarquer. Les autorités pourraient contribuer significativement à dissuader ces actes de vol, en revoyant le système de la fermeture des portails les week-ends comme évoqué par les responsables d’étudiants.

Jean-Luc EZIN

Akim Yacoubou à propos des réformes opérées au restau-U de l’UP : ‹‹ Cette année est une année spéciale…››
Prev Post Akim Yacoubou à propos des réformes opérées au restau-U de l’UP : ‹‹ Cette année est une année spéciale…››
L’économie au collège : Une pédagogie centrée sur l’actualité
Next Post L’économie au collège : Une pédagogie centrée sur l’actualité

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *