Kpayo : un mythe !

  • 0
  • 42 views

Le « jus frelaté » irréductiblement, résiste aux pressions et répressions des oppresseurs. Le kpayo pavane sans entraves, sans un rival de calibre fort en face. La traque éclaire des bidons d’essence piratée semble s’émousser et les vendeurs invétérés clament victoire avec l’espoir de retrouver leurs étalages détériorés davantage plus fournis. Et c’est ça le visage écorché de la lutte à grand renfort médiatique contre le kpayo. Silence ! Nous sommes chez nous. Dans notre royaume de grands intellectuels, de grands docteurs, les actes comptent pour 20% et… En effet, si mémé Azaria, la chanceuse du Sport, a réussi brillamment là où des hommes ont courbé l’échine en vainquant le mythe du perpétuel report de la désignation du nouveau locataire de la Fébéfoot, des autorités, elles, peinent fortement à gagner le pari de la suppression définitive de la vente de l’essence de la contrebande communément appelée « Kpayo ». On avait trop tôt cru à l’exploit aux travers des descentes musclées sur fond de répressions initiées par la Commission nationale chargée de l’assainissement du marché intérieur des produits pétroliers au Bénin, Conamip, sous l’ère du Général Mathieu Kérékou. Des casses et saisines sont systématiquement opérées à chaque intervention des éléments de cette commission pour annihiler les velléités de cette frange de Béninois qui s’adonnent à cette activité commerciale illicite aux conséquences incalculables. Mais depuis la fin du règne du Général Président et qui a prononcé, semble-t-il, le requiem de la Conamip, plus rien n’y fit. Ces populations non-conformistes ont été créditées d’une bonne dose d’indépendance destructrice et d’une bravoure démoniaque, en s’adonnant de plus belle à la vente de l’essence de la contrebande. Plus rien ne leur résiste. Même pas les gouvernants. Les nombreuses initiatives prises ça et là pour définitivement mettre un terme à cette activité ignoble ont achoppé à l’entêtement des commerçants égoïstes qui ont volontairement craché sur les intérêts collectifs. « Gagner l’argent et rien que l’argent en dépit des nuisances causées à la communauté », tel est leur devise. Les multiples cas d’incendie suivi de perte en vies humaines semblent ne pas entacher leur sensibilité, encore moins celle des décideurs. Récemment à Godomey, une banlieue de la ville capitale, c’est des bidons d’essence frelatée soigneusement enterrés qui ont pris feu sous l’effet de la forte chaleur. A Parakou, dans le nord Bénin, l’essence Kpayo s’est encore invitée dans l’actualité occasionnant un incendie avec à la clé deux blessés dont un cas grave. Et ces incidents qui violent la morale sont légion. En dépit des assauts répétés des hommes en uniforme appelés à la rescousse pour assainir le milieu et instaurer l’ordre, le vice se perpétue de façon feutrée. Les grands étalages de l’essence informelle soigneusement dressés au bord des voies ont momentanément cédé place à quelques bouteilles endommagées, parfois vidées de leur substance précieuse, qui servent d’indicateur aux accros. La répression s’annonce encore difficile. A quand alors la suppression de la vente de l’essence de la contrebande ? Les ministres du commerce, de l’intérieur et celui de la défense nouvellement promus doivent siffler la fin de la création et définitivement réprimer l’activité de vente de kpayo qui fait perdre à la caisse publique plus de 15 milliards de Francs CFA l’an, selon les estimations. A vous de jouer !

Serge-David ZOUEME

Du retour de la caravane des enfants conteurs du Bénin en France : L’idée de la création d’une école de conteurs à Porto-Novo déjà en gestation
Prev Post Du retour de la caravane des enfants conteurs du Bénin en France : L’idée de la création d’une école de conteurs à Porto-Novo déjà en gestation
Conseil de rentrée au CEG2 Lokossa : Charles Hounguè met en garde les professeurs contre le harcèlement sexuel
Next Post Conseil de rentrée au CEG2 Lokossa : Charles Hounguè met en garde les professeurs contre le harcèlement sexuel

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *