Le triste recommencement !

  • 0
  • 84 views

Ils en conviennent tous ! Le système éducatif béninois a des maux récurrents : enseignants peu qualifiés, infrastructures insuffisantes, personnel insuffisant, mauvaise gestion du temps scolaire, traitement salarial démotivant, etc. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le diagnostic de ces maux a souvent été fait. Lorsqu’on interroge l’histoire, elle nous renvoie au rapport bilan de l’école normale en 1981 avec ses belles résolutions, elle nous renvoie aux actes des Etats généraux de l’Education, elle nous renvoie aux actes du 1er forum de 2007 et des meilleurs ! Mais la question demeure, l’école béninoise est toujours agonisante dans une composante ou dans une autre. La qualité de l’enseignement dispensé laisse à désirer. Et il semble, à mon sens, que le Bénin des « vœux pieux » et des « bonnes résolutions toujours rangées au placard » refait dangereusement surface. Et ceci dans un domaine où les erreurs se paient sur des générations et des générations. Quelle relève le système éducatif assure-t-il à la Nation béninoise ? Quel héritage humain, le système actuel lèguera aux générations à venir ? La question reste entièrement posée avec l’érosion monétaire que l’environnement économique international doublé d’une pression démographique déroutante nous impose aujourd’hui. Quel cadre réfléchira demain pour proposer des solutions viables aux difficultés de la Nation si aujourd’hui le système éducatif a du mal à retrouver ses repères ? Il est vrai que du point de vue pilotage du système, des structures comme le CNE, le PDDSE sont en place et fonctionnent comme des laboratoires d’idées, mais les dirigeants qui sont à l’opérationnalisation, sont-ils prêts à suivre les conseils avertis des vétérans qui sont, à leurs corps défendant, en train de partir ? Que restera-t-il au Bénin et des béninois si les choses les plus évidentes et les plus banales allant dans le sens de l’avancement du pays ont tant de difficultés à s’appliquer ? La politisation à outrance des sujets de développement qui devraient faire l’unanimité sans conditions, avilissent tristement le pays en même temps qu’ils l’arrièrent malencontreusement, hypothéquant de go l’avenir de la génération montante. Comme on le dit chez nous au Bénin, il est temps de retrousser les manches, et de sortir des tiroirs les nombreuses solutions déjà bien pensées et consignées par écrit, de les dépoussiérer en les actualisant pour espérer le renouveau indispensable au développement de ce pays ; si nous échouons à prendre ce départ, alors, nous optons pour le triste recommencement qui plombera définitivement les chances d’une véritable émergence de ce pays que, ma foi, j’ai connu et aimé pour la qualité intellectuelle et morale de ses hommes !

Ulrich Vital AHOTONDJI

Ateliers préparatoires au 2ème Forum sur l’Education : Le CNE affine ses propositions
Prev Post Ateliers préparatoires au 2ème Forum sur l’Education : Le CNE affine ses propositions
Soirée de distinction des BGA 2013 : Ignace Don Métok décroche deux prix
Next Post Soirée de distinction des BGA 2013 : Ignace Don Métok décroche deux prix

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *