Mise en œuvre du dispositif ‘‘Azɔli’’ : Insertion professionnelle de 474 jeunes

  • 0
  • 58 views

La salle rouge du palais des congrès a abrité, le mercredi 14 février 2024, la cérémonie de remise d’attestation et de signature de contrat de travail de 474 jeunes. Ce sont les produits de l’entreprise Admec-CTIB. Ceci entre dans le cadre de la mise en œuvre du dispositif ‘‘Azɔli’’.

Ils viennent de faire leur incursion dans le monde professionnel en signant pour la première fois, leur contrat de travail. Eux, ce sont les quatre cent soixante-quatorze (474) jeunes bénéficiaires du dispositif Azoli, première composante du Projet d’Inclusion des Jeunes (ProDIJ). Initié et financé par le gouvernement du Bénin avec l’appui de la Banque Mondiale, le dispositif ‘‘Azɔli’’ vise à réduire le chômage et le sous-emploi des jeunes par l’insertion professionnelle dans l’emploi salarié ou dans l’emploi indépendant des peu ou pas instruits. L’objectif d’insertion professionnelle est de 25.000 jeunes dont plus de 10 000 déjà inclus.
Pour Urbain Amégbédji, coordonnateur du ProDIJ et directeur général de l’Agence Nationale pour l’Emploi (ANPE), l’inclusion socio-professionnelle de ces jeunes par l’entreprise Admec-CTIB est au-delà des attentes. « Quand vous disiez que vous allez recruter 200 parmi les 474, nous nous disons que s’il arrivait à prendre 100, ce n’est pas mal. Ce serait 100 sortis du chômage. Et aujourd’hui, vous prenez 474. Comment ne pas être satisfait ? Comment ne pas vous reconnaître cet effort ? », a martelé le coordonnateur du ProDIJ.
Après huit (08) mois de stage et de formation au sein de l’entreprise de leur nouvel employeur, ces jeunes sont moulés dans la fabrication, l’assemblage, la réparation et la maintenance des lampadaires et autres produits dérivés. « Ce qui m’a le plus satisfait, c’est qu’ils sont bons. Ils sont tous bons. Ils ont été techniquement bons, humainement bons et très résilients », dira Babacar Bathiery, le directeur général de Admec-CTIB.
Selon Modeste Kérékou, le ministre des Petites et moyennes entreprises et de la promotion de l’emploi, « Il ne faut pas penser que parce qu’on a signé le contrat que c’est terminé, il faut aller dormir sur ses lauriers. Il faut encore mériter la confiance du chef d’entreprise et travailler avec discipline, loyauté, sérieux et rigueur ».
Pour information, une deuxième cohorte de cinq cent (500) jeunes est encore prévue pour servir dans l’entreprise Admec-CTIB.

Gloria ADJIVESSODE

Norbert Kouto, à propos des revendications de la FéSEN-CSTB : « Nous voulons informer l’autorité que ça ne va pas »
Prev Post Norbert Kouto, à propos des revendications de la FéSEN-CSTB : « Nous voulons informer l’autorité que ça ne va pas »
Lycée Toffa 1er de Porto-Novo : Les apprenantes sensibilisées sur le leadership féminin
Next Post Lycée Toffa 1er de Porto-Novo : Les apprenantes sensibilisées sur le leadership féminin

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *