Pour la mobilité des étudiants en Afrique : La plateforme Esseyi lancée

  • 0
  • 175 views

«Esseyi est une plateforme qui permet à tous les étudiants d’Afrique d’accéder à plus de dix mille formations disponibles sur le continent dans plus de deux mille établissements. Avec une simple recherche multicritère par filière, par pays, par niveau de sortie ou par type de diplômes, un étudiant a la possibilité de trouver l’offre de formation qui lui correspond. Il a la possibilité, par exemple, de savoir quelles sont les matières qui sont enseignées en BTS Tourisme, quelles sont les matières qui sont enseignées lorsqu’il fait un master en Cybersécurité, quels sont les débouchés ou les métiers qu’il peut faire après une formation. » C’est ce qu’a annoncé Eméric Koda, co-fondateur et président de Esseyi, à propos de quelques possibilités offertes par la plateforme. C’était dans la soirée du vendredi 17 novembre 2023 à l’occasion du lancement officiel de la plateforme à Cotonou.
En présence de quelques responsables d’Etablissements Privés d’Enseignement Supérieur (EPES), de parents d’étudiants et des étudiants, lui et Max Agueh, co-fondateur et directeur général de Esseyi, ont dévoilé les services offerts par la plateforme pour les étudiants et leurs parents, puis pour les EPES et universités. Sans avoir besoin de se déplacer, ajoute Max Agueh, l’étudiant peut identifier des formations, comparer, faire le choix d’établissement qui l’intéresse et postuler sans avoir besoin de rencontrer les établissements, de récupérer les dossiers physiques de candidature. L’étudiant peut suivre sa candidature jusqu’à son inscription dans l’établissement. « Une fois l’étudiant en formation, l’objectif de Esseyi est de l’accompagner à trouver un stage voire un emploi à l’issue de sa formation », ajoute-t-il.
Du côté des établissements, poursuit Max Agueh, Esseyi leur permet d’améliorer leur visibilité, car la plateforme mutualise toutes les activités de marketing et de communication nécessaire pour les faire connaître sur tout le continent. « A l’horizon 2024, nous proposons un service qui va permettre de certifier l’authenticité des diplômes délivrés par les établissements grâce à la blockchain », a renchéri le directeur général. Face au public, les deux fondateurs ont présenté d’autres services à travers lesquels la plateforme ambitionne de développer un ensemble de solutions pour faciliter la mobilité des étudiants en Afrique avec l’appui de différents partenaires, contribuant ainsi à la lutte contre la fuite des cerveaux.

Adjéi KPONON

La Revue des Titres du Journal Educ’Action du 21/11/2023
Prev Post La Revue des Titres du Journal Educ’Action du 21/11/2023
Rentrée académique 2023-2024 à l’UAC : Sous le sceau de la résolution des problèmes de la société
Next Post Rentrée académique 2023-2024 à l’UAC : Sous le sceau de la résolution des problèmes de la société

Laissez un commenntaire :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Vous n'avez pas le droit de copier ce contenu !