Remise de Trophées Campus Sans Sida : Les étudiants décidés à bouter le Sida hors des campus

  • 0
  • 39 views

Une centaine d’étudiants venus de 14 universités du Bénin, tous vêtus de leurs uniformes respectives et répartis en petits groupes de discussion attendait, ce mercredi 04 décembre, devant la salle polyvalente du Palais des Congrès où s’est déroulée « la Cérémonie de la Remise de Trophées Sans Sida » en présence d’une délégation de la direction du Centre Culturel Américain, et d’une frange du personnel du Ministère d’Etat chargé de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et du public venu nourrir sa curiosité.

Stimuler et encourager l’engagement individuel dans le combat du barrage de la route au fléau. C’est la principale raison qui sou tend l’initiative de la compétition : Trophées Campus Sans Sida, selon Yoro Bleck, Président de l’Association Nationale des Etudiants pour la Lutte contre le Sida. Considéré comme la pandémie du siècle, l’Association Nationale des Etudiants pour la Lutte contre le Sida s’est engagée dans ce combat depuis 2008, en se fixant trois grands objectifs. Au nombre de ceux-ci, zéro discrimination, zéro nouvelle infection et zéro décès lié au VIH/SIDA au sein des universités. Pour atteindre ces trois objectifs, quinze Clubs Anti Sida ont été créés au sein des universités. Ils ont pour mission de conduire des activités qui visent à impacter le comportement des étudiants vis-à-vis du Sida et d’autres maladies connexes. Ainsi une compétition avait été lancée du 08 avril 2013 au 31 Octobre 2013 au Centre Culturel Américain (CCA). A cette première édition de remise de « Trophées Campus Sans Sida », les cinq premières universités ont eu un trophée à l’issue de la cérémonie. Mais le premier trophée revenait à ISMA (Institut Supérieur de Management et de l’Audio-visuelle). À l’occasion de la présente cérémonie de remise de récompenses, le Directeur du CCA, Mr Douglas Johnston a affirmé que « Malgré la grande vulgarisation des informations sur ce fléau, il y a encore des jeunes qui manquent d’informations sur les questions sexuelles et les infections sexuellement transmissibles (IST). Même si la plupart d’entre eux ont entendu parler du Sida, ils sont encore nombreux à ne pas savoir comment le VIH se transmet et beaucoup ne se sentent pas concernés. » A cette même occasion, le Président du Réseau Béninois des Personnes vivant avec le VIH/SIDA/sortant observe que « le VIH/SIDA est une pandémie à laquelle on peut vivre aussi longtemps que possible lorsqu’on a des comportements recommandables. » Occasion pour Christelle Assogba, Présidente d’une nouvelle association de lutte contre le Sida basée à Paris de dire qu’« il faut une éducation sexuelle à la base car l’éducation ne peut pas être dissociée du sexe. » Pour François Agounkpé, le coordinateur de l’unité focale de lutte contre le Sida du Ministère d’Etat chargé de l’Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique, le sida est en train de faire un grand ‘roll back’ car « L’enquête démographique de santé de 2008 avait montré qu’il y avait 5,1% d’étudiants infectés et concernés par les problèmes d’IST y compris le Vih/Sida contre 3,7% en 2012».

Maurice SAGBOHAN

Cantines scolaires et universitaires au Bénin : Une restauration en proie à  des dysfonctionnements structurels
Prev Post Cantines scolaires et universitaires au Bénin : Une restauration en proie à des dysfonctionnements structurels
CEP 2013 dans le Borgou-Alibori : Le ministre N’Da prime les meilleurs écoliers
Next Post CEP 2013 dans le Borgou-Alibori : Le ministre N’Da prime les meilleurs écoliers

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *