Rentrée apaisée 2013-2014 : Gouvernants, Syndicats, APE et élèves se donnent la main pour de nouvelles victoires

  • 0
  • 70 views

Les écoles béninoises ont rouvert leurs portes depuis Jeudi dernier, 03 Octobre 2013. Plusieurs millions d’élèves et écoliers ont retrouvé le chemin des classes de gaieté de cœur. Les autorités en charge de l’éducation à divers niveaux se sont impliquées pour une rentrée rassurante et porteuse d’espoirs. La machine semble huilée pour des résultats réconfortants en fin d’année. Retour sur les principaux actes de cette rentrée.

Jeudi 03 Octobre 2013. 7 heures du matin. Les artères principales aussi bien que les ruelles de la plupart des villes du Bénin sont noires de monde. La circulation est plus dense que d’ordinaire. Enseignants, parents d’élèves, élèves et écoliers ont pris d’assaut les chemins conduisant à leurs écoles respectives. C’est le constat fait par la rédaction de votre journal Educ’Action dans les villes de Cotonou, Porto-Novo, Lokossa et Parakou. Les acteurs de l’éducation ont visiblement répondu à l’appel du ministre Alassane Soumanou Djimba notamment qui a dit : « tous à l’école le jeudi 03 Octobre ». Si au CEG GBEGAMEY de Cotonou, le premier jour de la rentrée a servi à l’inscription des 700 élèves affectés à ce Collège d’Enseignement public, à l’école catholique Père Aupiais de Cotonou, la sirène de 8h a marqué le début effectif des cours. Le coup d’envoi est donc lancé et nous avons recueilli, pour vous, les conseils et exhortations des acteurs clé du système éducatif et des personnalités politiques.

Epiphane AZON, Président de la Fédération Nationale des Parents d’élèves et Etudiants du Bénin
Je profite des colonnes de votre journal qui d’ailleurs traite des questions éducatives pour remercier les enseignants et attirer leur attention sur ce que l’année écoulée a été en matière de rendement scolaire, une année pratiquement médiocre à défaut de dire nulle. Souhaitons que l’année qui démarre soit une année non seulement apaisée mais que cela amène un rendement scolaire très apprécié aussi bien à l’interne mais aussi à l’international et que nous en sortions grandis avec des résultats aux examens vraiment fantastiques. Donc pour cela, j’attire l’attention de tous les acteurs à savoir les apprenants d’abord, les parents, les enseignants et le gouvernement sur ce que chacun doit jouer sa partition correctement pour que l’année soit couronnée de succès. Pour finir, je souhaite une très bonne rentrée à tous les acteurs, je ne dirai pas aux apprenants seulement parce que lorsque l’année scolaire commence, les parents aussi se mettent à l’œuvre, le gouvernement également, tout le système éducatif se met en branle. Donc bonne rentrée scolaire et bonne année scolaire apaise à tous les acteurs du système éducatif.

Abdoulaye Bio Tchané
Abdoulaye Bio Tchané, ancien président de la Banque ouest africaine de développement (BOAD), président de l’Alliance ABT, est allé visiter respectivement le Complexe scolaire et universitaire Sainte Félicité de Godomey, dans la commune d’Abomey-Calavi et l’école maternelle et primaire « Les nounous » sis à Akpakpa. Le candidat malheureux aux élections présidentielles de Mars 2011, a revisité par le souvenir, à l’occasion de cette sortie, sa passion de l’enseignement qui l’avait fait, professeur de Mathématiques au CEG Djougou. Il a exhorté les acteurs de l’école béninoise à la persévérance dans l’effort, pour une année scolaire réussie. Il a relevé l’importance du travail des enseignants qui requiert beaucoup d’attention et d’abnégation. « Le travail que vous faites est très important. Je vous félicite et vous souhaite une bonne continuation (…) il n’y a pas de hasard, il n’y a pas de fatalité dans l’enseignement ». a-t-il déclaré

Lucien Glèlè LANGANFIN
Je salue les autorités en charge de l’éducation qui ont su anticiper les choses en initiant des rencontres de dialogues véridiques. Je souhaite une bonne rentrée des classes aux apprenants, aux enseignants et aux parents. Aux camarades de lutte, je dis de rester mobilisés car le combat n’est pas perdu ni la guerre. Nous sommes, juste, à une phase d’économie d’affrontement. Nous organiserons des séances d’informations pour vous expliquer la nouvelle dynamique. Déjà, il faut retenir que, dans le cadre du conseil sectoriel pour le dialogue social, les ministères des enseignements maternel et primaire, de l’enseignement secondaire, de la formation technique et professionnelle, de la reconversion et de l’insertion des jeunes, ont effectivement tenu des séances de concertation avec nous les syndicats d’enseignements les 17, 18, 19 et 20 à Grand-Popo et à Abomey. Elargies aux associations de parents d’élèves et acteurs clé du système, ces différentes concertations avaient pour but de définir les actions prioritaires pour une rentrée apaisée. Vous savez que la pomme de discorde entre les enseignants et l’Etat est relative à la question des 25% et à la défalcation opérée sur les salaires pour faits de grèves. Le conseil sectoriel a donc décidé de procéder à un recours gracieux à l’endroit du Chef de l’Etat pour qu’il puisse rapporter la décision ayant conduit à ces défalcations et procéder ensuite à leur restitution aux enseignants. Le conseil sectoriel a donc donné deux mois au gouvernement pour prouver sa bonne foi et saisir la main tendue des enseignants, faute de quoi les mouvements recommenceront et le recours gracieux deviendra un recours juridictionnel. Pour le moment, nous appelons tous les enseignants à rejoindre leur salle et à donner le meilleur d’eux-mêmes pour une année réussie.

Marie-Laurence Sranon Sossou, Ministre de la famille pour une rentrée apaisée
Toujours dans la recherche d’une rentrée apaisée et par confraternité, Marie-Laurence Sranon Sossou, ministre de la famille, soutenue par le Secrétaire général du Gouvernement, Eugène Dossoumou , a effectué une tournée de sensibilisation et de mobilisation en faveur de la rentrée scolaire 2013-2014 dans les communes de Ouessè, Savè et Glazoué. A l’occasion, elle a doté la circonscription scolaire de Savè de 10 paquets de tôles ondulées et 05 paquets de pointes galvanisées pour faire face au problème de pénurie de salles de classes. Ce geste dénote bien de la cohésion et de la solidarité de l’équipe gouvernementale sur les questions de l’Education.

Extrait du discours du Ministre Alassane Soumanou à l’occasion de la rentrée 2013-2014

Je place la rentrée 2013-2014 sous le signe de l’espoir d’un système éducatif rénové.
En termes de perspectives, les effectifs des élèves, du public et du privé, passeront de 981 716 en fin de l’année écoulée à 1 150 000 environ pour la rentrée 2013-2014.
Mon Département ministériel a veillé à l’accroissement de la capacité d’accueil en créant 51 nouveaux CEG publics et en construisant plus de 120 nouvelles salles de classes.
J’ai eu une attention particulière pour les conditions didactiques en construisant et équipant des salles informatiques, des laboratoires dans les CEG et des ateliers de pratiques dans les lycées Techniques.
J’ai l’assurance de consolider ces actions dans les mois à venir par les effets bénéfiques de l’opération « 120 jours pour équiper les collèges et lycées » qui a reçu un écho national et international très favorable.
Au cours de l’année 2013-2014, 3 000 enseignants seront recrutés dont 1 500 entreront en fonction dès janvier 2014.
Chers compatriotes ;
Deux défis seront au centre de mon action au cours de cette année académique. Il s’agit notamment de la dynamisation de l’encadrement pédagogique et de l’émergence au sein des formés du système d’une nouvelle race de créateurs d’entreprises.
Je demande aux enseignants de prendre la mesure des efforts du Chef de l’Etat pour améliorer leurs conditions salariales et de travail. Je suis confiant que le dialogue social va se maintenir et que nous trouverons dans la cordialité, des solutions appropriées aux doléances. Je les invite à plus de présence laborieuse aux côtés de nos enfants.
Que les parents soient plus présents dans les écoles pour s’informer sur les résultats de leurs enfants afin de concerter avec les enseignants, les rattrapages nécessaires.
Quant à mes chers apprenants, la réussite, c’est dès le premier jour des classes. Exprimez l’amour que vous avez pour vos parents et vos proches par votre ardeur au travail.

Dotation de 1317 établissements publics et privés en documents pédagogiques

Dans le cadre des préparatifs de la rentrée scolaire 2013-2014, le Ministre de l’Enseignement Secondaire, de la Formation Technique et Professionnelle, de la Reconversion et de l’Insertion des Jeunes Alassane Djimba SOUMANOU a procédé ce à la remise officielle de documents pédagogiques aux directeurs départementaux. Au nombre de six, les directeurs départementaux (Atacora-Donga, Borgou-Alibori, Zou-Collines, Mono-Couffo, Atlantique-Littoral et Ouémé-Plateau) ont répondu présents à l’appel de leur ministre pour emporter plus de 200.000 ouvrages d’éducation mis à la disposition des écoles béninoises. Composés de manuels de biologie, de sciences physiques, de Mathématiques, de français, d’histoire et de géographie, ces manuels selon l’inspecteur général pédagogique du ministère ont pour finalité de renforcer les capacités de nos écoles et de leurs acteurs. Le ministre a remis, en mains propres, 40.928 ouvrages au directeur départemental de l’Enseignement Secondaire, de la Formation Technique et Professionnelle, de la Reconversion et de l’Insertion des Jeunes de l’Atacora-Donga, 41.802 ouvrages à celui du Borgou-Alibori, 43.475 ouvrages à celui du Zou-Collines. Les DDESFTPRIJ du Mono-Couffo, de l’Atlantique-Littoral et de l’Ouémé-Plateau ont respectivement reçu des mains de Alassane Djimba SOUMANOU 31.116 ouvrages, 27.332 ouvrages et 30.244 ouvrages pédagogiques.

Bientôt 300 jeunes entrepreneurs agricoles dans l’économie béninoise à l’initiative de Boni Yayi

Qu’il vous souvienne qu’à l’occasion des 53 ans d’indépendance du Bénin, le Président Boni YAYI a offert à la jeunesse béninoise, deux lycées techniques agro-pastoraux à Adjahonmè et à Banikoara. A cette rentrée scolaire, le Président demande donc au ministre qui s’y attèle, à faire entrer 300 jeunes titulaires du Diplôme d’Etudes Agricole Tropicale (DEAT) et du Brevet d’Etudes Agricole Tropicale (BEAT) dans ces centres de formations Professionnels pour un encadrement spécial. En clair, ces Lycées formeront 300 futurs entrepreneurs. Ces jeunes qui ont suivi une formation professionnelle de quatre ans après le BEPC pour obtenir le DEAT et le BEAT ont déjà les outils nécessaires pour faire de l’agro-alimentaire béninois, une réalité. Pour joindre l’acte à la parole, le Chef de l’Etat a décidé d’envoyer trois cent jeunes dans ces lycées, pour maitriser les techniques de création d’entreprise. Le souci du gouvernement est de mettre au devant de la scène les vrais centres de formation professionnelle capables de donner aux apprenants le savoir-faire. En un temps record, six mois environ, ces jeunes seront aguerris dans les filières de l’élevage, de la mécanique, de l’électronique, de la menuiserie, du génie civil et bien d’autres encore.

La Rédaction

 

Dr Hounzangbe Adoté Sylvie, Dnrst/Mesrs : « Je demande aux chercheurs d’arrimer leurs recherches avec les pôles de développement du Bénin »
Prev Post Dr Hounzangbe Adoté Sylvie, Dnrst/Mesrs : « Je demande aux chercheurs d’arrimer leurs recherches avec les pôles de développement du Bénin »
A battons rompus avec Laurence Monteiro : « L’InMeS est la seule école de référence au Bénin pour la formation des sages-femmes »
Next Post A battons rompus avec Laurence Monteiro : « L’InMeS est la seule école de référence au Bénin pour la formation des sages-femmes »

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *