Un non-lieu de sauvetage !

  • 0
  • 35 views

La saga judiciaire de toutes les craintes et épreuves a sonné partiellement son glas et l’homme longtemps resté dans le viseur des décideurs de l’époque, peut s’offrir une bonne dose de sagacité. Le non-lieu de sauvetage est enfin prononcé et feu Sévérin Coovi, certainement de sa tombe, n’hésitera pas à bouder cette sentence qui davantage le crucifie. En effet, la Cour d’appel de Parakou, à l’objet du problématique dossier « affaire juge Coovi », a prononcé jeudi dernier un non-lieu, synonyme de la relaxe définitive décrétée de l’élu du peuple. Il s’en sort ainsi de l’affaire très mouvementée de Septembre 2005 sans perdre assez de plumes. Même si elle lui avait valu un séjour vibrant avec tout le confort possible dans l’univers carcéral. On avait réussi avec subterfuge et pression politique à le réduire au simple silence. A l’antipode de la décision de relaxe, le « plus fort » d’entre nous a interjeté appel pour empêcher la jouissance de cette liberté arrachée au fil du rasoir. Fragilisé et compressé dans une boîte de sardine malgré sa forme volumineuse, l’élu a cédé, puis ratifia, à la vitesse de l’éclair, la convention d’appartenance à la grande faction politique, se réclamant du plus fort de « Bénin city ». A l’image des chanteurs de louanges, il s’abonne et se livre corps et âme pour enfin arracher la liberté. Remercions Dieu et louons Allah ! Politiquement engagé, il veut renouer avec ses sorties et dénonciations sur les faits graves de la République. Vivement qu’il n’en soit pas un prisonnier.
Seulement le juge Séverin Coovi, crapuleusement assassiné, est actuellement très remonté. Lui qui avait prêché l’impartialité de la justice béninoise en devenant l’un des officiers. Remonté contre la sentence du Tribunal parce que, lui, certainement de sa tombe, croit encore aux valeurs de la confraternité et de l’impartialité des juges. Il est davantage remonté parce qu’au moment où, lui, il est privé des belles jouissances et forcé sans vie à contempler les quatre hideuses et affreuses facettes de sa tombe de moins de 2 mètres carrés, son assassin resté inconnu profite encore des délices. Très indigné, il clame par ici vengeance et du royaume des Saints, il espère un jour que son assassin pourra se livrer pour donner ainsi raison à la justice. Car le plus visé vient d’être blanchi !

Serge-David ZOUEME

Conclaves des corps habillés africains à Cotonou : Les violences faites aux femmes et aux filles au centre des débats
Prev Post Conclaves des corps habillés africains à Cotonou : Les violences faites aux femmes et aux filles au centre des débats
Ateliers préparatoires au 2ème Forum sur l’Education : Le CNE affine ses propositions
Next Post Ateliers préparatoires au 2ème Forum sur l’Education : Le CNE affine ses propositions

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *