Université d’Abomey-Calavi : Après la crise, enfin le dégel

  • 0
  • 38 views

Après les décisions à polémiques d’invalidation de l’année académique 2015-2016 à la Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines (FLASH) et d’exclusion pour une période de 5ans de 21 étudiants frondeurs de la même faculté, le tout couplé à l’acte de sabotage orchestré par une frange d’étudiants pour empêcher leurs collèges de la FAST de composer pour la session de rattrapage, une équipe de Educ’Action est redescendue sur le campus aux fins de faire l’état des lieux de la crise. Conclusion : la tension semble bien descendre, offrant ainsi une possibilité de dégel pour certainement l’entame des négociations.

Le calme semble perceptible sur le terrain. Pour l’heure, plus d’affrontements au point d’ériger le campus d’Abomey-Calavi en un champ de bataille comme ce fut récemment le cas. Autorités rectorales et étudiants ont visiblement fumé le calumet de la paix dans l’intérêt des activités académiques à l’UAC. A la faveur d’un détour en ce lieu de savoir, le constat est édifiant. Les compositions annoncées agitées à la Faculté des Droits et Sciences Politiques(FADESP) se déroulent avec sérénité et sans risques de perturbations. Des étudiants, anciens comme nouveaux, attroupés au niveau du Décanat, consultent sur des tableaux d’affichage les matières retenues pour les examens d’entrée dans différents départements ou filières de formation. De l’avis de certains professeurs interviewés, le calme observé s’explique surtout par la présence presque constante des forces de l’ordre sur le campus. « Leur présence constitue une mesure de dissuasion et retient surtout nos amis étudiants… », a confié sous anonymat un professeur de cette Faculté. Eugénie, étudiante, désapprouve, sans réserve, la présence des Forces de l’ordre, qui, selon elle, relève totalement de la violation des franchises universitaires. « … nous ne pouvons pas composer en ayant à l’idée que les militaires et autres hommes en uniformes, sont postés non loin de nous », a-t-elle confirmé. Les amphis récemment pollués par des étudiants manifestants ont refait leur toilette, devenant un cadre de travail plus sain. En face de Radio Univers, la radio des étudiants d’Abomey-Calavi, on note aussi la présence de quelques gendarmes, qui, certainement, assurent la sécurité des lieux. Beaucoup de cabines universitaires ont aussi été libérées par leurs occupants conformément à la décision des autorités du Centre des Oeuvres Universitaires et Sociales (Cous), a-t-on confié à l’équipe d’Educ’Action. Il est à souhaiter que les protagonistes de la crise entrevoient un cadre de dialogue et d’échanges, et mieux, que les étudiants frondeurs assouplissent leur position dans l’intérêt des activités académiques à l’UAC.

Enock GUIDJIME (Stg)

Sous-secteur des Enseignements Maternel et Primaire : 342 candidats à l’assaut du CEAP et du CAP dans le Littoral
Prev Post Sous-secteur des Enseignements Maternel et Primaire : 342 candidats à l’assaut du CEAP et du CAP dans le Littoral
Le Ministre Salimane Karimou, à propos des échecs scolaires : « Les résultats au CEP 2016 ne constituent que la résultante des résultats des cours intermédiaires »
Next Post Le Ministre Salimane Karimou, à propos des échecs scolaires : « Les résultats au CEP 2016 ne constituent que la résultante des résultats des cours intermédiaires »

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *