Victorin Midjrokan, à propos de l’expertise comptable : « Quand vous êtes expert comptable, vous êtes médecin généraliste des entreprises »

  • 0
  • 37 views

Le métier d’expertise comptable est l’un des corps de métiers dont l’importance et l’utilité semblent encore inconnues pour certains et mal cernées pour nombre de nos compatriotes même les plus instruits. Dans cet entretien, Victorin Midjrokan, expert comptable de formation et commissaire aux comptes nous amène dans l’univers de ce métier qu’il exerce depuis bien des années avec beaucoup de passion. Rencontré le jeudi 19 janvier 2016 dans son cabinet, il renseigne sur les étapes à parcourir pour finir expert comptable. Entretien…

Educ’Action : Qu’est-ce que la comptabilité ?

Victorin Midjrokan : La comptabilité, c’est cette science exacte qui s’occupe de l’enregistrement chronologique des opérations d’une société en vue de déterminer un résultat au bout d’une certaine période. La périodicité varie. Ça peut être le mois, par semestre ou annuellement.

Quelle est l’utilité de la comptabilité dans la société ?

La comptabilité a une très grande utilité dans la société parce que ça permet d’orienter toute personne qui entreprend quelque chose afin de lui permettre de savoir si ses opérations, ses actions sont bénéfiques ou déficitaires.

Quelles sont les débouchées de la comptabilité ?

D’abord, il y a plusieurs débouchées dans la comptabilité. Si nous nous arrêtons au niveau le plus bas qui est le niveau d’aide comptable, là, vous devez travailler auprès d’un autre comptable qui vous confie des tâches bien spécifiques que vous faites. Donc, comme débouchée, vous êtes employé. Il y a le niveau Bac, là aussi, la débouchée c’est un employé. Maintenant, vous pouvez vous mettre à votre propre compte parce que dans la formation, on a une bonne dose de gestion parce que ce n’est pas que la comptabilité pure et simple mais vous avez déjà la notion de la gestion, comment s’organiser dans une gestion, comment suivre ses affaires. Donc, vous pouvez conduire votre propre affaire et la suivre correctement. Au niveau supérieur, on a le BTS, la licence, la maîtrise, le master et le diplôme d’expertise comptable (DEC). Là, déjà, vous êtes à un niveau décisionnel. Au niveau le plus haut, Vous êtes conseillé des entreprises. C’est-à-dire quand vous êtes expert comptable, vous êtes médecin généraliste des entreprises. Pour tous les maux dont souffre une entreprise, les dirigeants peuvent vous consulter et vous aller diagnostiquer ces maux et leur prescrire des remèdes appropriés.

Qu’est-ce que l’expertise comptable ?

L’expertise comptable est un métier noble qui permet d’être au chevet des entreprises. Parce que ceux qui entreprennent ne sont pas généralement des personnes outillées à la gestion. Or, l’expert comptable qui a une formation pluridisciplinaire tant dans l’organisation juridique que comptable arrive à trouver les solutions appropriées aux maux de l’entreprise. Donc, l’expertise comptable, c’est ce métier qui permet d’être à côté des entrepreneurs pour les conseiller, les guider et les conduire à bon port.

Pourquoi avoir choisi l’expertise comptable ?

J’ai choisi l’expertise comptable parce que je l’aime et c’est un métier noble. Noble en ce sens que ça nourrit son homme, noble en ce sens que vous êtes libre aussi, vous n’êtes pas employé pour la plupart du temps. Vous pouvez être expert comptable et être employé mais dans de très grandes institutions, sinon généralement on exerce en indépendant. Mon amour pour l’expertise comptable, c’est depuis le secondaire puisque après le BEPC, j’ai fait le texte d’entrée au Lycée Technique de Coulibaly où j’ai fait trois années d’études comptables, j’ai eu le bac G2 et j’ai d’abord poursuivi sur la voie de la gestion comme chez nous au Bénin, il n’y a pas des écoles spécifiques pour former pour la comptabilité. Donc, j’ai poursuivi avec les sciences économiques et chemin faisant j’ai décidé de faire la gestion et comment peut-on être un bon gestionnaire sans connaître l’outil informatique puisque l’informatique s’introduisait dans la gestion à l’époque. Donc, j’ai passé un concours où j’étais allé à l’ENEAM pour faire l’informatique. J’ai fini l’informatique en tant qu’informaticien, j’ai travaillé longtemps en tant qu’informaticien et c’est avec les revenus de l’informatique que j’ai financé les études en comptabilité à distance. L’expertise comptable nourrit son homme et quand vous voyez les experts comptables, ils sont toujours en costume bien cravatés.

Quelles sont les étapes à suivre pour devenir expert comptable ?

La formation de l’expert comptable dans la zone francophone diffère de celle de la zone africaine. Pour parler de la formation francophone, après le Bac, vous pouvez commencer par faire une licence en comptabilité gestion ou bien vous pouvez vous inscrire directement aux unités des valeurs des études comptables supérieures. Mais dans un passé récent, il n’y a pas des écoles de formation en expertise comptable ici. On fait les études à distance ou bien les parents vous envoient directement en Europe pour la formation. Au Bénin, si vous faites l’ENEAM, vous faites l’une des options comptabilité gestion ou banque, ça vous donne quelques dispenses puisque c’est le système LMD maintenant. C’est-à-dire qu’il y a des unités de valeurs qui sont données au niveau licence quand vous avez la licence de l’ENEAM option banque ou comptabilité gestion. Vous passez deux unités de valeurs obligatoires avant d’obtenir le diplôme de licence de chez eux et avec ça, vous pouvez vous inscrire et continuer au niveau second qui est le Master. Après le Master, vous devenez expert comptable stagiaire et ce n’est pas automatique. Vous soumettez un dossier pour dire que vous voulez devenir expert comptable stagiaire. Pour ce faire, il faut que vous puissiez trouver un cabinet d’expertise comptable qui vous accepte en tant que stagiaire. Ce métier est un peu plus pratique que théorique. Donc, pour devenir expert comptable, en dehors de la théorie que vous avez réussi, il faut apprendre la pratique du métier auprès d’un aîné. Et c’est votre maître de stage qui signe votre dossier avant que vous ne l’envoyiez. Lorsque vous envoyez votre dossier en tant que expert comptable stagiaire, vous avez trois années de stage rigoureusement à faire. Mais il y a une dérogation où vous pouvez faire deux ans si vous avez occupé un poste de directeur comptable et financier dans une entreprise ; si vous envoyez votre dossier et que c’est étudié, on peut vous dispenser d’une année et là, vous faites deux ans sinon c’est trois ans de stage et au bout des trois années, vous passez le diplôme final qui comporte trois épreuves. Pour résumer le cursus français, on a la licence qui est leDCG (Diplôme de Comptabilité et de Gestion), on a le DPECF (Diplôme préparatoire aux études Comptables et Financières), on a le DECF (Diplôme d’études comptables et financières) on a le DESCF (Diplôme d’études supérieures comptables et financières) et c’est quand vous avez le DESCF que vous devenez stagiaire. Aujourd’hui les dénominations ont changé. On a le DCG qui représente la licence et le DSCG qui représente le master. Et quand vous avez le DSCG, vous entrez en stage mais ce n’est pas aussi facile que cela parce que c’est un métier multidisciplinaire. Vous avez une bonne dose de mathématiques, d’informatique, de droit parce que vous ne pouvez pas conseiller les entreprises sans connaître le droit. Et quand vous avez le diplôme d’expertise comptable, vous êtes en même temps commissaire aux comptes qui est purement juridique. Si vous prenez le cursus africain, après votre licence, vous pouvez passer le DESCOGEF (Diplôme supérieur de comptable et de gestion), il y a le DCG (Diplôme de comptabilité et de gestion) le DECOFI (Diplôme comptable et financier).

S’il vous était donné de vanter, de faire l’éloge de l’expertise comptable, que diriez vous ?

Je dirai que l’expertise comptable est un domaine très intéressant qui n’est pas encore saturé. Au Bénin, nous sommes moins de 150 alors que ailleurs c’est des milliers. On a encore besoin d’experts comptables. Les états financiers des pays seront désormais certifiés, alors qu’il y a peu de comptables publics qui maitrisent les choses. Donc, dans un premier temps, ils vont s’appuyer sur les experts comptables avant d’avoir à terme, des comptables publics bien formés pour pouvoir certifier les bilans. Donc, il y a au moins de la sous traitance à ce niveau. Et si vous avez des affaires, vous gagnez de l’argent. C’est un métier qui nourrit son homme.

Quels conseils avez-vous à l’endroit de vos jeunes frères qui aimeraient embrasser cette carrière ?

Je les encourage à aimer le métier surtout qu’aujourd’hui je constate que de plus en plus les jeunes s’intéressent à cela. Ce n’est plus comme en notre temps où l’information n’était pas tellement disponible. Aujourd’hui, il y a des écoles qui forment en cela sur la place et il y a une centaine de personnes qui sont sur le cursus à Cotonou seulement. Je ne maitrise pas pour les autres départements. Donc, j’ai espoir que bientôt on aura une flopée d’experts comptables et c’est tout-à-fait bien pour l’économie parce que comme cela, les fraudes et autres vont être atténuées.

Propos recueillis par Estelle DJIGRI

Les journées culturelles en milieu scolaire : Un moment de distraction et de dérives
Prev Post Les journées culturelles en milieu scolaire : Un moment de distraction et de dérives
Paralysie du sous-secteur des enseignements maternel et primaire : L’école béninoise et la grève : des sœurs siamoises
Next Post Paralysie du sous-secteur des enseignements maternel et primaire : L’école béninoise et la grève : des sœurs siamoises

Leave a Comment:

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *